Jazz à Montpellier : ne cherchez pas les têtes d'affiche !

Majoritairement consacré au classique, le Festival de Montpellier revendique depuis ses toutes premières éditions une ouverture vers toutes les musiques, et le jazz y occupe une place de choix.

Jazz à Montpellier : ne cherchez pas les têtes d'affiche !
Le Grand Ensemble KOA au Festival de Montpellier

Une référence, entre l'histoire du genre qui habite la ville, et son avenir, qui rayonne au-delà.

Le monde du jazz du Festival de Radio France Montpellier Languedoc Roussillon s’est installé à quelques stations de tram du Corum, au Domaine d’O. C'est la dernière étape d'une histoire d'itinérance, qui a évolué avec la ville et le public du Festival, avec aujourd'hui sa scène principale à l'amphithéâtre de 1800 places où se déroulent les concerts à partir de 22h30.

Mais le jazz au Domaine d'O, c'est plus que cela : les soirées se déroulent selon un schéma en deux temps : en début de soirée, place aux jeunes talents et à la découverte dans les jardins devant le château du 18e siècle, et qui à partir de 22h30, laissent la place aux artistes plus confirmés. Pour les nouvelles initiatives et les jeunes talents, le Festival est devenu au fil des éditions une plateforme importante.

Ce 15 juillet, à la Pinède, c'est le Grand Ensemble KOA qui monte sur scène.

Autour du bassiste Alfred Vilayleck, leader, gravitent les musiciens de provenances esthétiques diverses, dont le point de départ commun est l’improvisation. Réunis en collectif de musiciens à géometrie variable, les membres ne se limitent pas à jouer ensemble; leur vocation est de fédérer et promouvoir de nouveaux talents. Ils sont tous originaires de la région, mais travaillent avec le réseau de musiciens jazz dans le monde entier : pour ces jeunes militants, le soutien du Festival de Montpellier au nouveau jazz est primordial.

Ne cherchez pas les têtes d'affiche !

Xavier Prévost, 603
Xavier Prévost, 603

La découverte, c'est le maître mot du Festival. La programmation jazz suit la même ligne éditoriale que depuis la première édition en 1985 : un équilibre entre un jazz plus accessible et une invitation à la découverte. Comme le précise Xavier Prévost, producteur à France Musique et chargé de la programmation jazz au Festival depuis quasiment trois décennies : « La volonté est de proposer au public un éventail assez large de la scène hexagonale du jazz : entre les propositions que le public peut recevoir sans problème parce qu’ils correspondent à une idée générale que l’on se fait du genre, et des choses contemporaines, parfois même très contemporaines, et les jeunes artistes. La vocation de notre programmation est en premier lieu de faire entendre les musiciens que l'on ne peut pas entendre ailleurs. »

Contrairement aux autres festivals de jazz historiques dont abonde cette région en été , le public ne vient pas à Montpellier pour les têtes d'affiche :

Une itinérance à la conquête du public

Aujourd'hui, les concerts dans l'amphithéâtre au Domaine d'O affichent complet, mais au tout début, la découverte, c'était un pari osé. Pour conquérir un public, dans les premières années du Festival, les concerts du jazz, quotidiens à partir de 1986, étaient itinérants et gratuits :

Le succès fut au rendez-vous; le jazz s'est sédentarisé à la fin des années 1980, dans l'amphithéâtre du couvent des Ursulines tout d'abord, aujourd'hui dédié à la danse. Il pouvait accueillir jusqu'à 700 personnes.

Ursulines 603
Ursulines 603

Très vite le couvent des Ursulines est devenu trop petit ; certains soirs on refusait jusqu'à 200 personnes. Il fallait trouver un lieu plus adapté : la solution s'est imposée d'elle même. Le Domaine d'O, aménagé en lieu culturel, pouvait dans son amphilthéâtre accueillir jusqu'à 1800 personnes. En même temps, le prolongement de la rame de tram jusqu'au Domaine l'a rendu accéssible aux festivaliers. D'un lieu excentré, il s'est transformé en un lieu privilégié, dédié au jazz sous toutes ses formes.
Mais la vraie victoire, comme le souligne Xavier Prévost, était la pédagogie avec laquelle la programmation a réussi à fidéliser les festivaliers :

►Réécoutez les concert du Festival de Montpellier 2014 dans Jazz Monpellier, avec Xavier Prévost