Jazz Culture : “Tout ce qui parade” de Sylvain Gripoix

Exposition de photographies de Sylvain Gripoix jusqu’au 31 août au Pavillon Carré de Baudouin à Paris.

Jazz Culture : “Tout ce qui parade” de Sylvain Gripoix
Archie Shepp, © Sylvain Gripoix

Dans les rues de Paris (merveilleuse série à la fenêtre d’un bus) ou d’un Cuba sidéré par la disparition de Castro, dans les salles de concert (punk rock) ou en pose dans des lieux improbables avec les jazzwomen et jazzmen, le travail photographique de Sylvain Gripoixest un art du portrait. Il dessine ainsi, en creux, le visage de notre quotidien et de notre temps pour tenter de montrer l’autre tel qu’il ne se voit jamais lui-même.

Des photos de presse aux photos de rue, Sylvain Gripoix réalise des images scénarisées et teintées d’absurde qui puisent leurs sources autant chez le mouvement Dada que dans l’Oulipo. Tour à tour intrusif, distant, présent ou absent au regard de l’autre, ces images peuvent être lues comme un possible regard sur soi, avec ce qu’il peut contenir d’empathie et de curiosité, de bienveillance et de surprise. Elles sont aussi un questionnement sur la place du photographe, celle qu’il décide d’occuper et celle qu’on lui donne. Le parcours de l’exposition, permet de changer l’angle de la prise de vue chaque fois que l’on change de salle. 

Cette exposition parcourt quinze ans de photographie, où se côtoient personnalités du monde de la musique et passants inconnus, dans une magistrale parade photographique. En filigrane, un humanisme bienveillant et malicieux.

Tout ce qui parade” est la première retrospective du photographe Sylvain Gripoix au Pavillon Carré de Baudouin.