Jazz Culture : TarBaby

Parution de « Fanon » de TarBaby chez Rogue Art.

Jazz Culture : TarBaby
Photo - Montage TarBaby Fanon

Violemment, ce disque s’ouvre violemment, on ne passera pas outre, quoique la musique ne sera jamais aussi violente que les faits réels dont elle ne relève pas mais qui la concernent de très près, produisant l’effet même que visait Frantz Fanon dans « Les Damnés de la Terre »…

…Présenter le pianiste Orrin Evans, c’est rappeler qu’il a notamment étudié avec Kenny Barron, avant de se produire avec Bobby Watson, et jusqu’à Mos Def. Présenter le contrebassiste Eric Revis, c’est rappeler qu’il a notamment étudié avec Ellis Marsalis, avant de se produire avec Branford Marsalis, et jusqu’à Ken Vandermark. Présenter le batteur Nasheet Waits, c’est affoler la boussole des rythmes notamment. Parrainé dès son plus jeune âge par Max Roach et par Ed Blackwell, s’est fait fort de jouer avec d’indomptables personnalités : Andrew Hill, Jason Moran, William Parker, Tony Malaby, Peter Brötzmann….

D’un trio capable d’une énergie métamorphique se développant en une myriade de formes à faire miroiter, cette fois-ci avec Marc Ducret, à la guitare le maître ardent de l’éclaircissement et de l’assombrissement, et avec Oliver Lake au saxophone, aux incartades et aux rebuffades, tous deux en incarnations/incantations même de l’autre, de l’altération, tel Fanon. Tarbaby et ses invités d’honneur offrent une musique toujours naissante, qui sort de ses gonds, qui s’exacerbe et s’altère, qui donne une valeur analogique aux distinctions nécessaires mais inclassables, à l’impressionnisme et à l’expressionnisme, à la réflexion et à l’action, à l’ordre et au désordre, qui redistribue les richesses au fur et à mesure qu’elle les produit.…
Alexandre Pierrepont, extraits des notes de pochette