Jazz Culture : The Sound Before The Fury

Janvier 1972, Archie Shepp enregistre “Attica Blues” comme un cri déchiré face à la répression sauvage de la mutinerie de la prison d’Attica quatre mois plus tôt. Quarante ans plus tard, il raconte l’histoire avec une nouvelle génération.

Jazz Culture : The Sound Before The Fury
The Sound Before The Fury, © Les Mutins de Pangée

Sortie en DVD, chez Les Mutins de Pangée, du film qui revient sur les événements tragiques et sur la musique.

« Je n’ai pas beaucoup parlé de l’histoire d’Attica aux musiciens européens, ils connaissaient pour la plupart ce drame, mais j’y ai fait parfois allusion. Il fallait leur montrer comment entrer dans cette musique, sentir le feeling nécessaire pour jouer le blues, mordre dans la musique, y mettre de la force ; petit à petit ils se sont libérés…  » Archie Shepp

« Ce qui s’est passé ici n’est que le bruit annonçant la fureur des opprimés »

Attica 1971
Attica 1971

Septembre 1971, une rébellion éclate à la prison d’Attica, État de New-York. Pendant 5 jours les prisonniers y inventent une commune carcérale. Aux caméras de télévision qu’ils invitent dans la prison, ils disent leur colère et leur peur, leur volonté de changement.

Le gouverneur Nelson Rockefeller ordonne l’assaut : 29 prisonniers et 10 otages sont tués par les balles. Rockefeller reste ainsi fidèle à la doctrine familiale : « Il ne faut pas leur laisser penser que la révolte, ça peut marcher. »

En 1972, le saxophoniste Archie Shepp sort l’album “Attica Blues”, chef d’œuvre de la musique d’avant-garde du XXe siècle, mêlant blues, gospel, rhythm and blues, soul… 40 ans plus tard il réunit 25 musiciens exceptionnels pour réinventer cette musique puissante et révoltée. Nous sommes témoins de la détermination de Archie Shepp à transmettre le sens et le sentiment de sa musique. Nous découvrons, à travers des images de la prison pendant la rébellion et des interviews d’époque, l’histoire des rebelles d’Attica, leur révolte et leurs espoirs.

Le dessinateur Wozniak et Adelinaa, complices d’Archie Shepp, honorent cette édition de leur immense talent.

Le film est accompagné d’extraits du concert de l’Attica Blues big Band donné à Jazz à la Villette le 9 septembre 2012 filmé par Franck Cassenti.

40 ans après la parution d’”Attica Blues” chez Impulse, véritable manifeste de la Great Black Music, et à l’occasion des 75 ans d’Archie Shepp, le temps était venu de revisiter ce répertoire avec une nouvelle génération de musiciens. Archie Shepp est ici entouré de jazzmen afro-américains historiques et des nouvelles générations, mais aussi de la fine fleur du jeune jazz français. L’Attica Blues Orchestra participe à l’écriture d’un jazz contemporain, à l’écoute d’une mémoire tout autant que des courants les plus modernes et inventifs du jazz d’aujourd’hui.

Les réalisateurs :

Lola Frederich a co-réalisé un film documentaire « Dans l’ombre d’une ville », sur la situation des femmes analphabètes dans le quartier de la Goutte d’Or à Paris. Elle a aussi réalisé deux courts métrages de fiction « Lulô Kanda », et « Taxi Wala » — qui a remporté une quinzaine de prix dans des festivals internationaux, notamment à Cannes.

Martin Sarrazac est informaticien, photographe freelance et monteur, selon les jours de la semaine. Il a écrit sur le jazz et travaillé comme road manager pour Archie Shepp. “The Sound before The Fury” est son premier film.