Jazz Culture : "Queenie, marraine de Harlem" de Elisabeth Colomba et Aurélie Lévy

Parution du roman graphique “Queenie, la marraine de Harlem” aux éditions Anne Carrière. Elizabeth Colomba en a réalisé les dessins - très élégant noir et blanc - et co-signé le scénario avec Aurélie Levy. On y croise Duke Ellington au Cotton Club ainsi qu’un tout jeune Thelonious Monk.

Jazz Culture : "Queenie, marraine de Harlem" de  Elisabeth Colomba et Aurélie Lévy
Quennie, marraine de Harlem, © ed. Anne Carrière

Harlem. 1933. Une femme noire, tirée à quatre épingles, est relâchée de prison. Son nom : Stéphanie St Clair. Signes particuliers : un accent français à couper au couteau et un don pour les chiffres. Née dans la misère à la Martinique, la célèbre Queenie est à la tête de la loterie clandestine de Harlem. Avec l’aide d’une poignée de complices loyaux, elle a patiemment bâti un véritable empire criminel qui règne sur Harlem tout en protégeant ses habitants des exactions des policiers. Un personnage haut en couleur, une chef de gang de l’époque de la prohibition qui n’avait pas froid aux yeux. Née à Fort de France en 1897, contrairement à la plupart de ses collègues masculins, elle mourut tranquillement dans son lit en 1969.
(extrait du communiqué de presse)