Jazz Culture : A Performance Residency by Vijay Iyer

Vijay Iyer en résidence au Metropolitan Museum de New York autour de l'œuvre de Nasreen Mohamedi

Jazz Culture : A Performance Residency by Vijay Iyer
Vijay Iyer ©Clena Adasheva

Vijay Iyer investit le MET new-yorkais, pour une performance de longue durée, depuis le vendredi 18 jusqu'au jeudi 31 mars. Il effectue également une création, correspondant à une commande de MetLiveArts, inspirée par la plasticienne Nasreen Mohamedi dont l'œuvre est actuellement exposée au musée.

"A Performance Residency by Vijay Iyer" est l'essence même d'une résidence artistique au MET. Nasreen Mohamedi (1937–1990), une des plus grandes artistes de la post-inépendance de l'Inde, a créé une œuvre qui démontre un engagement singulier et durable avec l'abstraction. Elle a principalement travaillé au crayon et à l'encre sur papier, expérimentant des formes organiques, des enchevêtrements délicats et dynamiques, des lignes dures et tranchantes. Sa perspective cosmopolite lui a permis de faire appel à une gamme de sensibilités esthétiques, allant de la poésie de Rilke et Camus, à la musique classique indienne et l'architecture moderniste de Chandigarh conçue par Le Corbusier.

Les artistes rejoingnant Vijay Iyer durant sa résidence sont Rafiq Bhatia, Michelle Boulé, Matt Brewer, Teju Cole, Stephan Crump, Miranda Cuckson, Liberty Ellman, Amir ElSaffar, Patricia Franceschy, Marcus Gilmore, Graham Haynes, Okkyung Lee, Steve Lehman, Roopa Mahadevan, Rudresh Mahanthappa, Mat Maneri, Nitin Mitta, Adam O'Farrill, Elena Pinderhughes, Prasanna, Mark Shim, Jen Shyu, Wadada Leo Smith, Tyshawn Sorey, Tyshawn Sorey Trio, Becca Stevens, Anjna Swaminathan, Rajna Swaminathan, Craig Taborn et Mark Turner.

Vijay Iyer a aussi invité les artistes multi-disciplianires Mendi + Keith Obadike, pour créer une installation sonore appelée Fit (The Battle of Jericho) qui sera insérée comme interlude entre les performances en direct.

En parallèle, Vijay Iyer publie un album chez ECM en duo avec le trompettiste Wadada Leo Smith« A Cosmic Rhythm With Each Stroke » un album fascinant, justement consacré à Nasreen Mohamedi. Une longue Suite for Nasreen lui est dédiée, l'une de ses œuvres sert de couverture à l'album qui fait l'objet d'une très belle chronique sur le site de la revue Djam.

Ailleurs sur le web

Sur le même thème