Jazz Culture : Madame Tussaud's Dance Orchestra

Réédition d'une perle du swinging London des années 1933-34.

Jazz Culture : Madame Tussaud's Dance Orchestra
Photo - rond de disque Mme Tussaud Jazz Orchestra MEA 603*380

Mai 1802. Madame Marie Tussaud débarque à Douvres avec un visa pour fuir les guerres napoléoniennes. Elle arrive avec soixante-dix figures de cire qu'elle va exhiber durant 27 ans en Angleterre, Écosse et Irlande. Elle mourra en 1850, mais ses fils ouvriront enfin un lieu permanent à Londres en 1884, d'abord sur Baker Street, puis à son endroit acuel, sur Marylebone Road, la version britannique du Musée Grévin parisien.

Lorsqu'un incendie ravage la collection en 1925, trois ans de travaux seront nécessaires pour reprendre une activité ininterrompue jusqu'à aujourd'hui. En 1933 un restaurant et une salle de bal viennent compléter les salles d'exposition et ouvrent en soirée. La direction de l'orchestre fut confiée à Stanley Barnett, qui jouait également du saxophone ténor et du violon. Il avait précédemment dirigé les orchestres du Carlton et du Regent Palace Hotel et avait tourné en Allemagne et en Scandinavie.

Au printemps 1933, Stanley Barnett écrivit des arrangements destinés à un enregistrement aux sutios Edison Bell. Les 78 tours originaux sont rarissimes et valent une fortune. Certains titres, dont un savoureux Rockin' in Rhythm ont été précédemment réédités, mais aujourd'hui, dans sa collection d'arcives Retrieval, Challenge Records (dist. Socadisc) en propose un ensemble de 16 titres, complété par d'autres formations londoniennes de l'époque : deux titres du Spike Hughes Orchestra en 1930 et cinq du Jack Hylton Orchestra en 1932-33.

archive.org

Sur le même thème