Jazz Culture : “Le souffle de la révolte 1917-1936 : Quand le jazz est là” de Nicolas Beniès

Avec “Le souffle de la révolte” qui paraît chez C&F Editions, Nicolas Beniès poursuit son travail d'inclusion du jazz dans l'histoire culturelle : une histoire du jazz, mais aussi et surtout une présence du jazz au sein l'histoire.

Jazz Culture : “Le souffle de la révolte 1917-1936 : Quand le jazz est là” de Nicolas Beniès
Le souffle de la révolte

Le jazz arrive en France en 1917 dans les bagages de l'armée américaine, et connaît immédiatement un grand succès populaire. Entre les deux guerres, pour tous les jazzmen et jazzwomen, Paris reste la capitale mondiale de l'accueil des artistes. Le jazz s'infiltre dans les autres arts, notamment la littérature. Durant ces années, le jazz, qui se transmet via l'explosion industrielle du gramophone, demeure un authentique travail artistique, chaque performance étant unique et dotée de l'aura d'oeuvre d'art que lui offre l'improvisation. Ses interprètes réinventent tous les instruments pour les faire sonner différemment. Et le jazz construit le melting-pot culturel, au point de devenir la musique spécifique des États-Unis, par delà le racisme qui perdure.

Le jazz est un anti-art qui rythme l'esprit de l'époque et libère les corps. C'est la musique de cette révolte qui agite le monde depuis la révolution en Russie jusqu'au Front populaire : “Le jazz, musique des opprimés, des laissés pour compte de la société américaine a été reçu comme un saut dans l'inconnu. Les instruments pleuraient, riaient. D'un seul coup c'est la vie qui entrait, un scandale pour les bien-pensants, pour faire exploser tous les codes. Une musique du corps, du sexe, tout autant que de l'esprit.

Musique populaire et savante, le jazz va agréger des groupes sociaux qui pensaient ne rien avoir en commun. Ouvriers comme intellectuels se sont reconnus dans le jazz, syndicalistes et surréalistes ont su communier dans cette danse qui jetait aux orties toutes les hypocrisies de sociétés marquées par le refus du sexe, le refus du corps.”

Nicolas Beniès est économiste, critique de jazz, animateur de radio et conférencier. Il a publié chez C&F éditions les deux premiers tomes de son travail sur la place du jazz dans l'histoire du XXe siècle : Le souffle bleu, 1959 : le jazz bascule (épuisé, ré-édition à l'automne 2018) et Le souffle de la liberté, 1944 : le jazz débarque.

Un CD-audio est offert avec ce livre qui permet de découvrir les oeuvres majeures citées dans cet ouvrage.

Lire un extrait >> Le souffle de la révolte