Jazz Culture : La Matière du Monde

Spectacle musical et visuel de Franck Tortiller sur la culture du vin.

Jazz Culture : La Matière du Monde
Jean-Philippe Viret, SImon Goubert, Roberto Petronio, Franck Tortiller

Du jeudi 23 au samedi 25 février à 21h30 est donné le spectacle "La Matière du Monde" du vibraphoniste Franck Tortiller aux Gémeaux à Sceaux (92).
et le samedi 11 mars au studio 105 de la Maison de la Radio à Paris (75) dans le cadre des concerts Jazz sur le Vif d'Arnaud Merlin.

« Le vin est d’inspiration cosmique, il a le goût de la matière du monde » Lalou Bize-Leroy

Pénétrant de ses racines le sol, la vigne nous livre, à travers son fruit magnifié par la main de l’homme, la quintessence de la matière du monde. Une matière vivante et tellurique dont le vin anoblit nos esprits. Réunis par une passion commune pour le vin, Franck Tortiller (fils de vigneron) et Roberto Petronio (dégustateur et critique) ont donné forme à ce projet qui joint la musique, l’image et le vin pour mettre à l’épreuve l’écume de nos sens. Un ressenti qui résonne dans la musique de Franck Tortiller pour faire écho à cette matière du monde tout comme ces fragments clairs obscurs, sous forme d’évocation de contrées viticoles convoquées par les photographies réalisées par Roberto Petronio lors de ses visites dans les terroirs.

Dans l’histoire de l’humanité, dans toutes les religions, dans toutes des cultures et les civilisations, le vin est considéré comme une boisson sacrée. Le divin breuvage nous ramène à l’origine du monde, à Noé qui replanta la vigne sur le mont Ararat, aux bacchanales et fêtes dionysiennes qui rythmaient le calendrier grec ou romain. Le vin c’est aussi le lien entre la terre et le ciel, ce rapport mystérieux entre l’homme et la nature. On y devine la terre mère qui dès le début des civilisations apparait comme la représentation des forces telluriques, fertilisatrices mais aussi protectrices. C’est cet univers à la fois rude, bienfaisant et toujours mystérieux, en résonnance avec l’histoire de chaque vivant que « La matière du monde » nous appelle à découvrir.

Le spectacle se présente comme une double-écriture : écriture sonore avec la musique du trio (Jean Philippe Viret et Simon Goubert seront mes compagnons de route) écrite sur les sensations de dégustation, de contemplation des paysages de vigne (qui sont aussi mon terreau originel) ou de dialogue avec ces travailleurs de la terre que sont les vignerons. Je souhaite mettre l’accent sur les sensations rythmiques, jouer sur l’interaction entre les trois musiciens (selon une notion d’assemblage, comme pour le vin), et sur l’improvisation musicale bien sûr, mais aussi reposant sur l’expérience sensorielle.

A cette écriture musicale s’adjoindra l’écriture visuelle puisque « La matière du monde » est l’occasion de proposer à mon ami Roberto Petronio, photographe professionnel de grand talent et journaliste-dégustateur (notamment à « La Revue des vins de France ») de confronter nos univers, la musique et l’image. Les gestes du vin, les paysages, les matières, les portraits de vignerons seront pour nous autant de sources d’inspiration. Enfin, c’est le goût, les arômes et les parfums que nous convoquerons à l’issue du spectacle, parce que le vin, comme la musique ou la photo est fait pour réunir les vivants.
(Franck Tortiller)

Franck Tortiller : vibraphone
Jean-Philippe Viret : batterie
Simon Goubert : basse
Roberto Petronio : écriture visuelle