Jazz Culture : “La France Underground - Free jazz et pop rock, 1965-1979, le temps des utopies” de Serge Loupien

Les utopies jazz et rock dans leurs glorieuses années.

Jazz Culture : “La France Underground - Free jazz et pop rock, 1965-1979, le temps des utopies” de Serge Loupien
La France Underground et Agitation FrIIte

Le conflit des générations couvait dans l’hexagone depuis les premiers trémoussements de Presley, puis depuis les éclats tranchants du free jazz d’Ornette Coleman, au milieu des Sixties. En mai 68, les conditions se trouvent soudain réunies pour favoriser un renouvellement de société. La subversion culturelle prônée par l’underground par le biais de sa musique, ses journaux, ses happenings, sa créativité, ses illusions, ses excès, ne va alors cesser de croître et se développer en France durant la fin des années soixante et les années soixante-dix.

Ce livre haut en couleurs “La France Underground - Free jazz et pop rock, 1965-1979, le temps des utopies” qui paraît chez Payot-Rivage, signé par un journaliste « historique » des pages culture de Libération, Serge Loupien et émaillé de nombreux témoignages inédits, évoque – un peu à la manière de la free press de ces glorieuses années - une épopée bouillonnante, libertaire, parfois délirante et foutraque. Une époque où le rock a pour noms Âme Son, Gong, Crouille Marteau, Heldon ou Fille Qui Mousse, où le jazz est incarné par les expérimentations de François Tusques, Bernard Lubat ou Jacques Berrocal, où la chanson résonne des textes de Pierre Barouh, Areski ou Brigitte Fontaine, où les festivals commencent à pulluler, un peu partout dans le pays, et où un jeune cinéma, sur le même tempo que toutes ces joyeuses musiques, définit lui aussi les contours de nouvelles utopies.

Sur le même thème, “Agitation FrIIte - témoignage de l’Underground français”de Philippe Robert, vient de paraître aux éditions Lenka Lente.

Dans ce deuxième des trois volumes qui constituent Agitation Frite, saisissant panorama de l’underground musical français, Philippe Robert documente les pratiques de groupes tels que Fille Qui Mousse, Ilitch, Ruth, Étant Donnés, Hellebore, Toupidek Limonade, Sister Iodine, Etron Fou Leloublan, Schizotrope, Orbes, Sleaze Art, ANKH, etc. Il y est aussi question du journal Le Parapluie, du collectif Bazooka, des poètes sonores Henri Chopin et Isidore Isou, et puis des labels Tago Mago, Sonoris, Rectangle, In-Poly-Sons, À bruit secret…

Agitation Frite 2 sera suivi d'un troisième et dernier volume, avec des interviews, des articles, une discographie (de 1951 à 2018) et une sélection commentée de plus de 400 disques rares (un disque par groupe, pas plus) avec reproductions des pochettes. Ou : du rock psychédélique au free jazz, de la poésie sonore à l'électroacoustique, de l'acid folk au Rock In Opposition, de la library music à la "chanson expérimentale", du punk-rock à l'indus, des outsiders à l'improvisation libre, du hardcore au post-rock, du noise au black metal...

Animateur du blog Merzbo-Derek, collaborateur de Revue et Corrigée et ancien collaborateur de Jazz Magazine, Les Inrockuptibles, Octopus ou Mouvement, Philippe Robert a consacré plusieurs ouvrages à la musique créative, parmi lesquels : Musiques expérimentales, Post-Punk, No Wave, Indus & Noise, Agitation Frite (1) et, en collaboration avec Guillaume Belhomme, Free Fight This Is (Our) New Thing.