Jazz Culture : l’influence de Miles Davis sur Brian Eno

Dans un article du webzine japonais Tokion, Masaaki Hara, critique musical et auteur de “Jazz Thing : This Thing Called Jazz,” se penche sur l’influence de Miles Davis sur la musique ambient de Brian Eno.

Jazz Culture : l’influence de Miles Davis sur Brian Eno
Miles Davis, © Getty / Paul Hoeffler

Dans ses notes de pochette sur "Ambient 4 : On Land" (1982), Brian Eno a écrit que He Loved Him Madly, de l'album de Miles Davis du début des années 70, "Get Up With It" (1974), ainsi que "Amarcord" de Federico Fellini ont été des inspirations majeures pour son album. Eno a déclaré que la musique ambient est " ...liée à un sentiment de lieu, un paysage, un environnement... ".

Ce n'est pas seulement la performance de Miles Davis et des autres musiciens que Brian Eno apprécie, c'est la production. Plus précisément, la façon dont chaque son a été enregistré à certains endroits du studio, ainsi que la structure du morceau et le mixage. C'est en grande partie grâce au producteur Teo Macero, qui s'est chargé de l'enregistrement et du montage. 

Malgré la présence d'une icône telle que Davis au centre, le son principal que vous entendez ne provient pas d'une trompette utilisant une pédale wah. Ce n'est qu'au bout d'une dizaine de minutes que l'on entend les tambours commencer à maintenir un rythme régulier. De plus, le morceau semble être joué dans une pièce voisine et se termine sans qu'aucun autre instrument n'occupe le devant de la scène. He Loved Him Madly s'étend sur plus de 30 minutes et possède ce qu'Eno appelle une "qualité spatiale" tout du long. Le morceau a été enregistré en 1974, et les musiciens impliqués étaient différents de ceux de "In A Silent Way". Des guitaristes tels que Reggie Lucas et Pete Cosey étaient parmi eux, et ils ont parfaitement compris ce que Davis voulait faire, musicalement parlant.
(extrait de l'article en anglais - traduction E. Lacaze / A. Dutilh)

L’article complet sur Tokion.jp