Jazz Culture : "John Lee Hooker" de Olivier Renault

Sur fond d’histoire sociale et politique, “John Lee Hooker” de Olivier Renault, révèle un Hooker fin, humaniste, obstiné, subordonnant tout ou presque à son art : guérir le mal par le blues. Parution chez Le Mot et le Reste.

Jazz Culture : "John Lee Hooker" de Olivier Renault
John Lee Hooker, © Le Mot et le Reste

C’est d’abord la voix du présentateur que l’on entend, un bout de phrase au vol : « … of the show, one of american’s top rhythm’n’blues singer », recouverte par le riff, ravageur, simple, entêtant. John Lee Hooker est là, debout devant la scène, homme noir en costume satiné devant un groupe blanc – les Grounhogs. Concentré sur le haut du manche de sa guitare, une Epiphone blanche, sanglée comme presque toujours sur son épaule droite – fait rarissime chez les guitaristes : on sent l’irrégulier. Sérieux. Il jauge la foule. Puis éclate un franc sourire, presque enfantin. Ravi, sans doute, de voir cette foule se trémousser sur son riff: simple, efficace, irrésistiblement dansant. Impossible de ne pas s’agiter, au moins un peu, sur un rythme pareil. Un public acquis à la cause pop rock et rhythm’n’blues.”

De John Lee Hooker, on connaît surtout la légende : l’enfant qui a vu et entendu jouer Charley Patton et Blind Lemon Jefferson, le fugueur hobo de 14 ans, le guitariste improbable qui ne pouvait jouer qu’en solo, et une carrière faite de succès fulgurants, comme « Boom Boom » ou « Boogie Chillen’ », et d’oublis relatifs. Entre construction de son propre mythe et négligence biographique, il a beaucoup contribué à cet état de fait. Démystifiant ce qui doit l’être, ce livre s’attache à éclairer la vie nébuleuse de ce grand bluesman, à débusquer ses ruses et ses sauts de côté. Car John Lee Hooker est un personnage faussement simple, irrégulier, à la fois rusé comme Ulysse, envoûtant comme Orphée et, en Protée des temps modernes, sachant s’adapter aux lois du marché tout en restant éminemment singulier. Mais, malgré le brouillard de la légende, une chose ne trompe pas : on reconnaît dans la seconde un riff de Hooker.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Olivier Renault est né en 1964. Libraire à Paris, il a publié des livres sur l’histoire de Montparnasse et Montmartre, sur les peintres Bonnard et Soutine et sur l’écrivain Blaise Cendrars.
(extrait du communiqué de presse)