Jazz Culture : Hommage à Phil Woods

Disparition de Phil Woods mardi 29 septembre 2015.

Jazz Culture :  Hommage à Phil Woods
Phil Woods

Le grand saxophoniste alto (et clarinettiste)Phil Woods, s'est éteint mardi 29 septembre 2015 à East Stroudsburg, à l'âge de 83 ans, d'un emphysème pulmonaire.

Il est l'un des principaux saxophonistes alto de la génération d'après Charlie Parker, qui a imposé une nouvelle identité à l'instrument, tout en définissant les termes de bebop. Il avait épousé Chan Parker, la veuve du Bird et joua longtemps sur l'instrument du maître… Rigoureux, complexe et pétillant, le langage stylistique du bebop fut une constante pour Phil Woods tout au long de sa prolifique carrière, à la fois comme leader et comme sideman.

À ses débuts, il fut très recherché pour jouer dans les big bands du fait de sa capacité, rare à l'époque, à lire les partitions avec autant d'autorité qu'il en mettait dans ses solos. Il a ainsi enregistré avec les compositeurs-arrangeurs Oliver Nelson, Gil Evans ou George Russell, et a aidé le trompettiste Clark Terry à monter son propre big band. Dans ces mêmes premières années, il monta un groupe insolite et prolifique avec un second saxophone alto, Gene Quill.

Un des premiers fan de Phil Woods fut Quincy Jones, qui, en 1956, l'emmena sur la tournée internationale organisée par le Département d'Etat avec le trompettiste et beboper Dizzy Gillespie. Phil Woods devint très vite le protégé de Gillespie, et à certains égards un substitut de Parker, l'ancien partenaire de Gillespie, décédé en 1955.

En 1968, Phil Woods s'installa en France et monta un éblouissant European Rhythm Machine en compagnie de Henri Texier, Daniel Humair et George Gruntz (puis Gordon Beck). De retour aux États-Unis, il dirigea plusieurs quartets ou quintets dont les sommets furent son association avec le pianiste Jim McNeely. En 1987, un admirateur italien, Paolo Piangiarelli, créa un label, Philology, sur lequel le saxophoniste se produisit abondamment dans les contextes les plus divers.

Avec beaucoup de lucidité, Phil Woods se définissait comme un styliste au sein d'une histoire du jazz qui distingue volontiers les stylistes et les créateurs. Une style d'une folle élégance !

[d'après le NYTimes]

Sur le même thème