Jazz Culture : Hommage à Hugh Masekela

Disparition du trompettiste sud-africain Hugh Masekela.

Jazz Culture : Hommage à Hugh Masekela
Hugh Makesela, © Getty / Foto24

Le trompettiste Hugh Masekela est né le 4 avril 1939 à Witbank et mort le 23 janvier 2018 à Johannesburg des suites d'un cancer.

Hugh Makesela commence à chanter et à jouer du piano enfant. C’est en voyant le film Young Man with a Horn, dans lequel Kirk Douglas joue un personnage inspiré du cornettiste de jazz américain Bix Beiderbecke, qu’il décide de faire de la trompette. Il maîtrise rapidement l’instrument et créé le Huddleston Jazz Band, premier orchestre de jeunes d'Afrique du Sud. Il dirige d’autres ensemble, puis rejoint l’African Jazz Revue d'Alfred Herbert en 1956.

Dès 1954, sa musique proteste contre l’apartheid, l’esclavage, et dépeint les luttes et les peines aussi bien que les joies et les passions de son pays oppressé. Il devient populaire auprès d’une grande partie de la population Sud-Africaine. En 1959, Dollar Brand (connu plus tard sous le nom de Abdullah Ibrahim), Kippie Moeketsi, Makhaya Ntshoko, Johnny Gertze et Hugh forment le Jazz Epistles, le premier groupe de jazz africain à enregistrer un disque et à faire salle comble à Johannesburg et au Cap.

En 1960, après le massacre de Sharpeville qui entraîna l’interdiction par le gouvernement sud-africain des rassemblements de plus de 10 personnes, Hugh Masekela fuit l’apartheid et quitte son pays. Il est aidé par Trevor Huddleston, évêque anglican qui lui avait offert sa première trompette, et quelques amis comme le violoniste Yehudi Menuhin ou John Dankworth, musicien de jazz anglais, qui l’a fait admettre à la Guildhall School of Music de Londres. Durant cette période, il visite les Etats-Unis, où il se lie d’amitié avec Harry Belafonte. Il étudie la trompette classique à la Manhattan School of Music à New York de 1960 à 1964. Il se marie avec Miriam Makeba en 1964 et divorce en 1966.

Il rencontre un grand succès au Etats-Unis avec des compositions comme Up, Up and Away (1967) et le hit planétaire Grazing in the Grass (1968). En 1987, son single Bring Him Back Home, réclamant la libération de Nelson Mandela, devient l’hymne du mouvement de libération sud-africain.

En 1985, Masekela a fondé l'école internationale de musique du Botswana (BISM). Au début des années 90, après la libération de Mandela, il retourne en Afrique du Sud après avoir réalisé plusieurs collaborations avec des musiciens d'Afrique de l'Ouest et du Centre et ainsi renouer avec ses racines.

En 2016, à l’Emperores Palace de Johannesburg, Hugh Masekela et Abdullah Ibrahim ont rejoué ensemble après 60 ans de séparation, reformant les Jazz Epistles pour commémorer les 40 ans du soulèvement “Youth Demonstrations” à Soweto, le 16 juin 1976.