Jazz Culture : Fats Lives !

Les perles passées inaperçues de Fats Waller, mises en lumière sur le blog de Michael Steinman, Jazz Lives.

Jazz Culture : Fats Lives !
Fats Waller, © Getty / Bettmann

Sur son blog Jazz Lives, Michael Steinman met en lumière quelques faces enchanteresses de Fats Waller. Le titre de cet article est juste parfait : Tell me something sweet ! Parcourant les enregistrements de Fats Waller pour RCA Victor entre 1934 et 42, il relève que si on a largement salué des chefs d’œuvres d'exubérance joyeuse comme The Joint Is Jumpin', cette période recèle nombre de perles passées inaperçues. L’occasion de soulever le voile sur une délicieuse série au charme et au swing irrésistibles. 

L’article se conclut ainsi : “Pour beaucoup, la joie profonde générée par Fats dissimule sa subtilité, sa bienveillance et sa délicatesse, parce que l’on a décidé que ce serait notre clown du jazz. Mais il pouvait murmurer et cajoler autant qu’il s'époumonait. Je suis stupéfait que personne n’ait salué le chanteur exceptionnel qu’il était, à côté du pianiste et du compositeur, capable de créer en trois minutes une histoire qui nous captive encore. Les disques de son Rhythm peuvent sembler relever d’une même formule, mais les trésors abondent… Laissez-vous être envahi par le sens du bonheur.