Jazz Culture : Eroberung des Nutzlosen (Conquête de l'inutile) de Werner Herzog

Parution du livre/CD "Eroberung des Nutzlosen" (Conquête de l'inutile) de Werner Herzog chez Winter & Winter.

Jazz Culture : Eroberung des Nutzlosen (Conquête de l'inutile) de Werner Herzog
Ernst Reijseger & Werner Herzog ©Thomas Aurin

Quelques semaines après avoir fêté ses 70 ans, le cinéaste Werner Herzog s'est lancé dans la mise en scène musicale de "Eroberung des Nutzlosen" (Conquête de l'inutile) en compagnie du compositeur et violoncelliste Ernst Reijseger, du chanteur sénégalais Mola Sylla, du pianiste hollandais de jazz Harmen Fraanje, de l'incomparable ensemble vocal Voches de Sardinna et de Stefan Winter, producteur de musique. Au cours de deux soirées d'octobre 2012 à la Volksbühne de Berlin, Werner Herzog a lu son journal écrit lors du tournage rocambolesque de "Fitzcarraldo", qui devait devenir son film le plus célèbre. L'ensemble de Ernst Reijseger accompagne de ses sonorités la lecture de Werner Herzog, une parabole sur l'aspiration au bonheur de l'inutile, compte-rendu d'une expérience existentielle.

Herzog décrit un voyage dans les abîmes de l'être humain et les nécessités de la production artistique. Au départ, le théâtre de la Volksbühne de Berlin avait prévu une lecture de Werner Herzog pour inaugurer une nouvelle série, "Werke" ("Oeuvres"). Cependant, il voulait que Ernst Reijseger et son groupe participent au projet – ils avaient joué pour la bande sonore de "The Wild Blue Yonder", "The White Diamond", "Rescue Dawn", "My Son, My Son, What Have Ye Done" et "Cave Of Forgotten Dreams". Dans le cadre de la collaboration entre Werner Herzog et Winter & Winter est né la première installation audiovisuelle de Werner Herzog, "Hearsay Of The Soul" (2011/2012), avec des extraits d'une session d'enregistrement où Herzog lui-même tenait la caméra et des prises de vue de tableaux de Hercule Segher, graveur et peintre du début du XVIIème siècle qui a peint de merveilleux paysages. "Hearsay Of The Soul" a été inauguré au printemps 2012 au Whitney Museum (Whitney Biennial) à New York.

Pour l'enregistrement de "Eroberung des Nutzlosen", Werner Herzog lit de sa voix incomparable des extraits de son œuvre. La musique et les bruits créent un environnement sonore bien particulier. Sons originaux et compositions en direct tirés des films de Herzog alternent avec un monologue pénétrant. Ce livre audio musical recrée une atmosphère magique.

Dans le magazine "Der Spiegel", Volker Schlöndorff a écrit à propos de "Eroberung des Nutzlosen" :
"Il (Werner Herzog) ne veut pas se laisser anéantir par son travail. Il a mis son film face à une autre œuvre: le livre. Mais les deux sont liés l'un à l'autre. Tout comme le rêve du personnage plus ou moins imaginaire de Fitzcarraldo – porter un bateau au sommet d'une montagne – déclenche le rêve de Herzog de faire un film. Et ce rêve va devenir réalité: un vrai bateau est porté sur une vraie montagne. L' "inutilité" de cet effort lui a donné l'envie d'écrire un livre sur les sacrifices innombrables que l'art exige. Et ce livre – j'en suis quasiment certain – va survivre au film."

Sur le même thème