Jazz Culture : Clifford Brown par LaRue

“Quand j'ai rencontré Clifford, j'étais une snob” raconte sa future femme, LaRue, sur le site web consacré au trompettiste.

Jazz Culture : Clifford Brown par LaRue
Clifford Brown, © Getty / Getty

LaRue Brown Watson pensait que le jazz n’était pas une forme d’art. Lorsqu’elle a rencontré Clifford Brown, elle a osé lui dire qu’il ne savait pas jouer et a essayé de le convaincre de prendre des cours de musique classique, ce qui pour elle, était la seule et vraie musique.

Elle l’a présenté à son professeur de musique, qui lui a rétorqué : “Mais cet homme est un génie de la musique ! Vous ne comprenez pas la complexité de ce qu’il joue. Votre musique est formelle, structurée, la sienne jaillit de l'âme pure, libre.”

Plus tard, ils se sont découverts amoureux l’un de l’autre et de la même musique. “Un soir étoilé, nous sommes allés à la plage de Santa Monica. Clifford jouait avec les sons des vagues de l'océan Pacifique qui l'accompagnaient. La musique était magnifique ! Il venait d'écrire un morceau que j'entendais pour la première fois. Il l'a appelé "LaRue". Il m'a demandé en mariage et d’épouser sa musique en même temps.”