Jazz Culture : Bravo Virtuose - Lévon Minassian

Sortie en salle mercredi 14 février de "Bravo Virtuose", en partenariat avec France Musique.

Jazz Culture : Bravo Virtuose - Lévon Minassian
Bravo Virtuose, un film de Lévon Minasian

Arménie. Alik, 25 ans, musicien d’exception, membre d’un orchestre de musique classique prépare un grand concert. Tout bascule quand le mécène de l’orchestre est assassiné. Par un concours de circonstances, Alik se retrouve en possession du téléphone d’un tueur à gage nommé “Virtuose”. Il saisit cette opportunité, endosse l’identité du tueur, le temps de sauver l’orchestre de la faillite et protéger celle qu’il aime.

Lévon Minassian : “Certains médias et politiciens s’emploient à dresser le portrait d’une société où tout va mal, sans espoir, à l’avenir sombre voir catastrophique. Ce constat dépasse de très loin un seul pays. C’est planétaire. Mais il suffit de regarder autour de soi pour se rendre compte que la vie est belle. Très belle même ! Il faut juste changer le regard que l’on porte sur le monde et se détacher du conditionnement que l’on nous impose. Un certain cinéma présente souvent la société sous cet angle exagérément sombre. Pour ma part, je veux faire un cinéma qui traite de sujets sociaux graves mais avec humour et légèreté. Un cinéma jubilatoire qui donne de l’espoir, qui donne au spectateur la possibilité de passer un bon moment, mais qui lui permette aussi, en sortant de la salle, de commencer à réfléchir sur sa condition humaine, sur ses propres luttes, sa culture, ses valeurs…

Tigran Hamasyan : “De manière générale je pense que la bande son est supposée être au service du film. Chaque son ainsi créé viendrait seulement aider une scène spécifique à être plus compréhensible et plus profonde. Bien évidemment, il y a des films où la musique fait partie intégrante du film et est aussi importante que le récit et le contenu du film. C’est ce que j’ai ressenti avec le film “Bravo, Virtuose” : j’ai dû faire face aux deux aspects. Il y avait des parties ou l’importance de la musique était secondaire et à ce moment là vous ne l’entendez presque pas, mais elle est là et accompagne. Et d’autres fois où il s’agissait de musique avant toute chose.

J’ai essentiellement puisé mon inspiration dans les scènes du film et les personnages. J’ai longuement échangé avec Lévon. J’avais besoin de me nourrir des différents thèmes pour me laisser traverser par cette histoire. Je voulais prendre le temps de parler de tous ces personnages, de cerner leurs caractères, leurs rôles et les enjeux qu’ils portent. J’avais aussi besoin que l’on évoque la place de l’Arménie et son histoire dans le film. Ma musique est une sorte de cristallisation de tout cela : la force du sujet, toutes les couleurs et traits de caractères que portent les uns et les autres. Elle est l’expression de cette fusion, de ce qui résonne entre ces personnages.”

5 invitations pour 2 à gagner

Alik - Samvel Tadevosian
Lara - Maria Akhmetzyanova
Maestro Hovhannès Talian- Vrezj Hakobyan
Noro - Rudolf Ghevondyan
Virtuose - Arman Navasardyan
Musiques - Tigran Hamasyan, Michel Petrossian
Idée Originale - Lévon Minasian
Scénario - Lévon Minasian et Stéphanie Kalfon