Jazz Culture : Adrian Younge - The American Negro

5 ans après le classique “Something About April II”, le producteur, compositeur et multi-instrumentiste Adrian Younge fait son retour en solo - dans le cadre du Black History Month - avec un projet multimédia ambitieux et hautement engagé incluant un nouvel album, un podcast et un court-métrage.

Jazz Culture : Adrian Younge - The American Negro
Adrian Younge, © Jazmin Hicks

Considéré par le californien Adrian Younge lui-même comme son projet le plus important de sa carrière, “The American Negro” ne s’adresse pas aux âmes sensibles. Provocant, perspicace et nécessaire dans la lutte pour l’égalité, l’album est une déclaration puissante et pluridimensionnelle qui reflète les injustices et sert de levier au changement, dans une époque où s’installe une désillusion de masse. On retrouve le maestro de Los Angeles à l’écriture, à la composition, à la production, à la voix (spoken word) et derrière la majorité des instruments joués. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

“The American Negro est une critique sans compromis d’un système d’oppression des personnes de couleur aux Etats-Unis, détaillant par le menu le système et l’approche résolument malveillants qui les affectent au quotidien. Ce tout nouveau projet dissèque les mécanismes cachés d’une forme de racisme aveugle, utilisant la musique comme un médium capable de restaurer la dignité et l’estime de soi des Afro-Américains comme moi. Il devrait être évident que tout examen de la musique noire aujourd’hui est une observation des relations entre l’Amérique noire et l’Amérique blanche. Cette relation a façonné l’évolution culturelle du monde qui nous entoure et ses racines négatives courent en profondeur dans nos psychés. Les divers invités présents sur le projet, portés par une orchestration puissante chargée en soul, offrent, à travers« The American Negro »,une réinvention de l’identité noire à travers un album, un court métrage et un podcast en 4 parties. « The American Negro », tant en termes d’expérience collective que d’expressions individuelles, est révélateur, provocant et inspirant, et devrait se poser comme un élément central de notre appréhension du racisme et l’écriture d’un nouveau chapitre de l’histoire américaine aujourd'hui.(Adrian Younge) 

À PROPOS DES SINGLES : 

‘Revolutionize’
Revolutionize n’est pas qu’une chanson, c’est un état d’esprit. Un petit théâtre sonique qui danse avec l’énergie poétique de la lutte et du combat. Un paysage sonore cosmique chargé de polyrythmie organique, d’une composition cinématique et joueuse. Revolutionize se déploie auréolée de cette vulnérabilité solaire, de sensibilités jazz et rock dérivant vers une extase gospel. Au cœur de la composition, on y retrouve ce chœur obsédant, entonnant avec majesté Black is beautiful. Connectez-vous à la Conscience Noire.

‘The American Negro’
Le morceau éponyme The American Negro est puissant et sophistiqué. Cultivant un équilibre audacieux entre mélancolie et joie débridée, le morceau marie des paroles poétiques abordant la dure vérité du quotidien à un groove mélodique qui puise une forme d'épiphanie dans la douleur évoquée; une ligne de basse ondule avec optimisme sous un saxophone culminant sur un nuage d’orchestration soul enlevée. Séduisant délice soulful, The American Negro entre en résonance avec les esprits de quelques grands activistes et artistes tels Gil-Scott Heron, Curtis Mayfield et Marvin Gaye

‘Light On The Horizon’
Avec Light On The Horizon, Adrian Younge et Sam Dew ont cherché à créer un véritable hymne. Le mélange chargé en soul révèle une ligne jazz ferme qui valse brillamment avec le grattement appliqué d’une guitare électrique perçant le brouillard dépeint par un orgue affecté. En arrière-plan, c’est un paysage d’éléments ambient qui tissent un message de persévérance et d’espoir; la palette expressive de Sam Dew dérivant sans discontinuer dans chaque recoin de cette ballade.

À PROPOS D’ADRIAN YOUNGE : 

Adrian Younge est un compositeur, producteur et multi-instrumentiste qui officie depuis son studio entièrement analogique basé à Los Angeles. Membre du groupe The Midnight Hour au côté du membre d’A Tribe Called Quest Ali Shaheed Muhammad, Adrian Younge a produit pour de nombreux artistes de premier plan : Jay Z, Kendrick Lamar ou le Wu Tang Clan. Adrian Younge compose pour l’image, notamment des séries (Luke Cage, produit par Marvel, avec Ali Shaheed Muhammad) et des films (Black Dynamite). Il est aussi le propriétaire du disquaire Linear Labs (du même nom que son label) et co-fondateur du label Jazz is Dead.
(extrait du communiqué de presse)

Black History Month