Jazz Bonus : Yoko Miwa - Songs of Joy"

La pianiste Yoko Miwa offre un phare d’optimisme sur son nouvel album. “Songs of Joy” qui paraît chez Ubuntu.

Jazz Bonus : Yoko Miwa - Songs of Joy"
Yoko Miwa, © Chris Lee

“Songs of Joy” met en scène le trio expérimenté de la pianiste Yoko Miwa avec le batteur Scott Goulding et le bassiste Will Slater sur un répertoire allant de Billy Preston et Richie Havens à Thelonious Monk et Duke Jordan, allié à de nouvelles compositions originales. 

"Yoko Miwa est douée à la fois de compétences musicales extraordinaires et de l'esprit pur nécessaire au grand art. J’adore la conjonction de ses dons musicaux et de son bel esprit". - Ahmad Jamal 

2020 a été une année éprouvante pour tous et la pianiste Yoko Miwa a subi plus que sa part de défis. Comme la plupart des musiciens durant cette pandémie, elle s'est soudainement retrouvée sans possibilité de se produire en public. L'enregistrement du nouvel album a été reporté et le camp de base de son trio, Les Zygomates Wine Bar & Bistro à Boston, a fermé ses portes. Le pire, c'est que son père est décédé après une longue bataille contre la maladie d'Alzheimer. 

Yoko Miwa aurait certainement été pardonnée si son retour en studio s’était accompagné d’une musique inhabituellement sombre. Au lieu de cela, ce sont ces "Songs of Joy" qui ont jailli comme une nécessité, une dose bienvenue d'optimisme et d'élévation qui brille comme une lueur d'espoir à travers les nuages sombres au-dessus de sa tête. Elle retrouve ici le bassiste Will Slater et le batteur Scott Goulding, ainsi que le bassiste Brad Barrett, un autre collaborateur régulier.  

"Une fois que la pandémie a commencé, j'ai décidé d'écrire quelque chose tous les jours", explique Yoko Miwa. "J'ai juste essayé de m'asseoir au piano et de jouer ce que je ressentais ce jour-là. Bien sûr, j'étais frustrée, mais j'ai essayé de rester positive". 

Le légendaire pianiste Ahmad Jamal, l'une des idoles de Yoko Miwa, confie à son propos : "À plus de 90 ans, j'ai connu et entendu la plupart des grands pianistes, dont Art Tatum, Oscar Dennard, Phineas Newborn, Nat King Cole, Dodo Marmarosa, Johnny Costa, Erroll Garner, etc. Sans parler des pianistes qui interprètent les œuvres classiques européennes que j'ai également suivis. À Pittsburgh, où je suis né et d'où sont originaires certains des musiciens mentionnés ci-dessus, nous avons dû étudier à la fois la “musique classique américaine” et les formes classiques européennes. Yoko Miwa est à la rencontre de ces deux mondes. Elle est étonnante et continuera à grandir". 

Yoko Miwa Trio se produit régulièrement depuis 15 ans, le samedi soir aux Zygomates de Boston. Ces dernières années, son trio s’est également produit les vendredis soirs au sushi bar The Mad Monkfish de Cambridge. Au moins une fois par an, ils invitent la chanteuse légendaire Sheila Jordan. C’est elle qui a fait découvrir à Yoko Miwa le Songs of Joy de Billy Preston. Cette chanson, qui a également inspiré le titre de l'album, est imprégnée de chaleur et d'émotions profondes dans l'interprétation intimiste du trio. L'album s'ouvre avec Freedom de Richie Havens, que l'auteur-compositeur-interprète a interprété à Woodstock (comme le montre le célèbre film du concert). La main gauche tonitruante de Yoko Miwa révèle l'inspiration de McCoy Tyner, et l'humeur de la mélodie canalise la spiritualité extatique du classique John Coltrane Quartet.  

McCoy Tyner est l'une des nombreuses influences formatrices auxquelles Yoko Miwa rend hommage à travers ses pièces originales sur “Songs of Joy”. Le swing endiablé de Bobby Timmons et Benny Green, deux des pianistes dont le son brillant a été forgé dans le creuset des Jazz Messengers d'Art Blakey, ancre le groove à claquement de doigts de Small Talk. Le brillant et dansant The Rainbirds a été inspiré par le style de composition de Kenny Barron. Et le luxuriant et élégant Inside a Dream porte l'empreinte indubitable de Bill Evans, peut-être l'influence la plus déterminante de Yoko Miwa. 

Naturellement, les compositions de Yoko Miwa ne pouvaient pas ne pas être affectées par les circonstances dans lesquelles elles ont été écrites. Le Largo Desolato en acier se sent hanté mais déterminé, évoquant les rues anormalement vides de la ville de New York au plus fort de la pandémie. La magnifique ballade The Lonely Hours est dédiée au père de Yoko Miwa, qui a passé une grande partie de ses derniers jours seul en raison des conditions de quarantaine. "Je n'ai pas pu retourner au Japon pour le voir à cause de la pandémie", déplore-t-elle. "Il était seul à l'hôpital ; même ma famille ne pouvait pas être avec lui quand il est décédé. C'était vraiment triste". 

Le Tony's Blues a été écrit pour Yoko Miwa par Tony Germain, ancien directeur adjoint du département de piano du Berklee College of Music, où Yoko Miwa est professeur associé. "Tony a écrit cette chanson pour moi juste avant la date initiale de l'enregistrement, et je l'ai vraiment aimée", dit Yoko Miwa. "Il vient de prendre sa retraite, c'est donc un super cadeau pour lui.

L’univers de Thelonious Monk est une constante dans le répertoire de Yoko Miwa, et ici elle interprète une version musclée de l'une de ses chansons préférées, Think of One. Sheila Jordan a également offert une introduction à l'étourdissant No Problem, une pièce de l'ex-mari de la chanteuse, le pianiste Duke Jordan, qui est devenue un incontournable des sets du trio. L'album se termine par une réflexion sur le classique folk Babe I'm Gonna Leave You, en passant par la célèbre version de Led Zeppelin et agrémentée par le jeu d'arcade envoûtant de Brad Barrett. 

Les circonstances étaient peut-être loin d'être idéales ("C'est le premier album que j'ai enregistré avec un masque", rit Yoko Miwa), mais il finit par se transformer en baume. "Quand nous sommes entrés en studio, cela faisait quatre mois que je n'avais pas joué avec mon trio", se souvient la pianiste. "J'étais un peu nerveuse, mais une fois que nous sommes arrivés, je me suis sentie si excitée et inspirée par le fait d'être à nouveau ensemble. Cette joie et ce bonheur sont venus de ma musique. Tout était joie, et j'espère que l'auditeur peut l'entendre aussi". 

La pianiste Yoko Miwa est l'une des interprètes les plus puissantes et les plus convaincantes sur la scène actuelle. Son trio, avec sa remarquable télépathie et son énergie contagieuse, a fait lever les publics du monde entier. Leur dernier CD, en 2019, “Keep Talkin'” a vu DownBeat lui attribuer quatre étoiles, le qualifiant de "magnifique album" et notant "le dynamisme et le lyrisme d'une pianiste et compositrice à l'aise aussi bien dans le bebop, le gospel et la pop que le classique". Habituée du Jazz at Lincoln Center à New York, Miwa a été choisie pour jouer sur "Marian McPartland & Friends", dans le cadre du festival "Generations in Jazz". Miwa se produit également régulièrement au célèbre Blue Note Jazz Club de New York ainsi qu'au Birdland et a joué et/ou enregistré avec un large éventail de grands noms du jazz, dont Sheila Jordan, Slide Hampton, Arturo Sandoval, George Garzone, Jazzmeia Horn, Jon Faddis, Jerry Bergonzi, Esperanza Spalding, Terri Lyne Carrington, Kevin Mahogany, John Lockwood et Johnathan Blake, entre autres.
(extrait du communiqué de presse en anglais - traduction E. Lacaze / A. Dutilh)