Jazz Bonus : Virginie Daïdé - Dream Jobim

La saxophoniste française Virginie Daïdé poursuit son voyage brésilien avec “Dream Jobim”, un hommage à Antonio Carlos Jobim, qui paraît chez DSY / l’Autre Distribution.

Jazz Bonus : Virginie Daïdé - Dream Jobim
Virginie Daïdé, © Julien Hay

Après « De todo lado”, album de musiques brésiliennes composées avec le chanteur guitariste Léo Cruz, la saxophoniste française se penche sur Tom Jobim.

Voilà 10 ans que Virginie Daïdé tourne en duo avec le guitariste Léonida Fava autour d’un répertoire de standards jazz. Elle souhaitait donner une impulsion différente à sa carrière et à leur répertoire. « Ouvrir des chemins d’inspirations sans limites . La musique de Jobim m’évoque le voyage, j’avais besoin de cette émotion dans les arrangements ; le septet permet cette unité et cette pluralité de sensations. »

Virginie Daïdé signe la majorité des arrangements et deux compositions originales. Mais les musiciens ont également participé à l’écriture des arrangements. « Je me suis interrogée sur quel musicien de jazz actuel donnerait le plus de sens aux mélodies de Jobim. J’ai tout de suite pensé àTom Harrell, qui m’a toujours fasciné par la modernité et la poésie de son jeu lorsqu’il mêle Latin Jazz et jazz actuel. »

Virginie Daïdé, est née dans un village d’Occitanie et a commencé la musique à Toulouse, par le saxophone classique, avec pour premières expériences musicales les fanfares et bandas du sud-ouest. Elle se passionnera pour le jazz à son arrivée à Paris, obtiendra un prix en saxophone jazz et se formera en écriture classique. Elle est appelée dans de nombreux projets et se spécialise rapidement dans les musiques jazz world, notamment avec les formations Maradato, aux côtés de Nivo Rahoerson (“I Gotta Right to Sing the Blues” et “An Echo of Wildness”), puis Vinilé, avec Léo Cruz (“De todo lado”). Lors des tournées de ces deux projets, elle rencontre de nombreux musiciens caribéens et brésiliens. En parallèle, elle montera avec sa soeur comédienne deux créations pour le jeune public (Rit Qui Qui) avec lesquelles elle tourne dans de nombreux festivals. A l’issue de ces métissages musicaux, elle souhaite se recentrer sur le jazz actuel en le croisant avec des oeuvres de jazz brésilien, dans la continuité des aspirations musicales qu’elle partage avec Léonida Fava.

Virginie Daïdé (saxophones ténor et baryton)
Pierre Olivier Govin (saxophones alto et baryton)
Léonida Fava (guitare)
Agnès Vesterman (violoncelle)
Luca Fattorini (contrebasse)
Donald Kontomanou (batterie)
Invité spécial : Tom Harrell (trompette et bugle)

En concert le mardi 10 septembre au Sunset à Paris (75).