Jazz Bonus : Trygve Seim - Rumi Songs

Parution de « Rumi Songs » de Trygve Seim chez ECM/Universal.

Jazz Bonus : Trygve Seim - Rumi Songs
Trygve Seim ©ECM

« Rumi Songs » du saxophoniste norvégien Trygve Seim, qui paraît chez ECM, est un cycle de chansons composées par Trygve Seim sur la poésie du poète mystique persan Jelaluddin Rumi (1207-1273), d'après une traduction angalise de Coleman Barks, Kabir et Camille Helminski.

"C'est de la poésie très humaine " explique le saxophoniste."C'est ce que je ressens. C'est au-delà des religion, des pays, des races...". La découverte de Rumi par Trygve Seim est apparue via feu la soprano Anne-Lise Berntsen, qui l'avait initié au "Rumi Essential". "Anne-Lise n'a pas insisté pour que j'utilise les poèmes de Rumi. Elle a juste dit que c'était la plus belle traduction qu'elle ait lu et qu'elle espérait que je leur trouverais un place."

Trygve Seim a été emporté par la traduction de Barks, dont certains passages impliquaient directement une mélodie. Il a même été à Konya en 2007 pour visiter la tombe de Rumi lors de sa célébration annuelle qui lui est consacrée. “Whirling Rhythms ” reflète ce voyage.

C'est la mezzo-soprano Augestad qui lui a commandé le cycle complet des Rumi Songs après la mort de Anne-Lise Berntsen. Pour se lancer dans ce travail, Seim a élargi son champ musical dans plusieurs directions. Tout d'abors, pour être capable de mettre la poésie en musique, il a dû s'immerger dans l'art de la chanson persanne, puis de faire de long séjours en Egypte afin d'approfondir son intérêt pour la musique arabe.

"Au début " dit Trygve Seim, "j'ai pensé que l'atmosphère du cycle de chansons devait être plus " oriental", peut-être plus contemplatif. Mais l'aventure a consisté à prendre plusieurs directions en recherchant des strates et des couleurs dans les poèmes, à les utiliser musicalement. Parfois, c'est arrivé très rapidement, quand il m'a semblé que mon job était simplement de les retranscrire. Et parfois, ça a pris vraiment très longtemps. " The Drunk and the Madman" m'a pris par exemple trois ans pour en venir à bout. J'avais le premier verset et un an après le deuxième. J'ai réussi à avoir le troisième seulement deux semaines avant l'enregistrement. Tout ce temps, j'ai cherché...Mais maintenant que je l'écoute, je pense que ça été bien de me battre avec. Et ça me donne le désir de continuer... "

Tora Augestad (voix)
Frode Haltli (accordéon)
Svante Henryson (violoncello)
Trygve Seim (saxophones)

Sur le même thème