Jazz Bonus : Sullivan Fortner - Moments Preserved

Le pianiste et compositeur de la Nouvelle-Orléans Sullivan Fortner, désormais âgé de 31 ans, revient avec un magnifique second album intitulé “Moments Preserved”, à la tête cette fois d’un trio étincelant composé du contrebassiste Ameen Saleem et du batteur Jeremy “Bean” Clemons.

Jazz Bonus : Sullivan Fortner - Moments Preserved
Sullivan Fortner, © sullivanfortnermusic.com

La notoriété de Sullivan Fortner sur la scène jazz internationale a considérablement augmenté ces dernières années suite à la publication d’”Aria” — un album dont The New York Times a loué “la juvénile assurance.” En plus de tourner partout dans le monde pour présenter le répertoire du disque, il a multiplié les collaborations, jouant notamment avec les chanteuses Cécile McLorin Salvant et Roberta Gambarini ; les trompettistes Roy Hargrove, Etienne Charles, et Ambrose Akinmusire ; ou encore les guitaristes John Scofield et Peter Bernstein. L’année suivant la sortie d’”Aria”, la prestigieuse institution new-yorkaise du Lincoln Center l’a couronné en lui décernant le prix d’“Artiste Emergeant”. 

Produit par Brian Bacchus (lauréat d’un Grammy), “Moments Preserved” s’inscrit au terme d’une période d’enregistrements particulièrement productive qui aura vu Sullivan Fortner participer à pas moins de six séances en moins de deux mois. Néanmoins le jeune pianiste considère “Moments Preserved” comme l’un de ses albums les plus “honnête et engagé émotionnellement”. Tandis qu’il réunissait les morceaux de l’album, il a réfléchi à quelques-uns des moments clés qui ont ponctué sa vie depuis qu’il a remporté la bourse Leonore Annenberg en 2008 et la bourse Cole Porter en 2015. Durant cette riche période Sullivan Fortner a mis un terme à huit années de participation au groupe de Roy Hargrove pour s’affirmer peu à peu comme leader. Jongler entre sa vie personnelle et les exigences toujours plus grandes de sa vie professionnelle lui aura aussi demandé un certain temps. 

Je voulais que la musique de cet album reflète tout ça,” explique Sullivan Fortner. “Pour y arriver il a fallu que je me remette au travail. J’ai pris des cours avec [le pianiste] Barry Harris et je me suis mis à étudier la musique de gens comme James P. Johnson, Charlie Parker, Bud Powell et Thelonious Monk. Je me suis également mis à jouer beaucoup plus en solo et en duo avec Cécile ; j’ai vraiment pensé à beaucoup de choses en faisant ce disque.”

Pour “Moments Preserved”, Sullivan Fortner a recruté Ameen Saleem, avec qui il a joué pendant sept ans dans l’orchestre d’Hargrove. Et c’est Saleem, qui lui a recommandé Jeremy “Bean” Clemons.Le jeu de batterie de Jeremy est explosif, ” explique Sullivan Fortner. “A peine installé à la batterie, il met tout simplement le feu. C’est juste magnifique.” La complicité dont fait montre Sullivan Fortner avec les autres membres de son trio est à couper le souffle. Clemons et Saleem soutiennent le toucher cristallin du leader et nourrissent ses improvisations avec un mélange de finesse et de puissance rythmique dévastatrice. 

A la différence des compositions parfaitement ciselées proposées dans “Aria”, Fortner a pris ici en compte la leçon de Roy Hargrove en offrant aux membres de son groupe des manières de petits croquis en guise de morceaux. “Roy n’aime pas la musique trop policée. Il aime entendre les musiciens sur le fil cherchant à trouver leur propre chemin à travers la musique. J’ai appris que la musique gagne en ouverture en étant abordée de cette façon,” explique Sullivan Fortner. “Beaucoup de choses que vous entendez sur ce disque ont surgi dansl’instant du jeu en studio.”