Jazz Bonus : Sophia Domancich, Simon Goubert - Twofold Head

Mis à jour le vendredi 05 novembre 2021 à 11h26

Sophia Domancich, Simon Goubert se glissent entre les courts métrages de David Lynch et enregistrent ces intermèdes impressionnistes. “Twofold Head” sort chez Peewee!

Jazz Bonus : Sophia Domancich, Simon Goubert - Twofold Head
Sophia Domancich & Simon Goubert, © Jean-Baptiste Millot

Le témoignage de Simon Goubert

À la question de Jean-Pierre Bonnet, membre actif de l’association Les amis du Méliès, “Vous n’avez pas envie de faire quelque chose avec le cinéma ?”, la réponse de Sophia  : “Je ferais bien quelque chose avec des films de David Lynch...” C'est ainsi qu'a commencé l'histoire de “Twofold Head”.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Parce que l'univers de Lynch parle aux musiciens et les inspire - par ses mondes visuels, bien sûr, mais aussi par ses mondes sonores - il n'était pas concevable pour nous de remplacer les sons et les musiques existantes. Après avoir sélectionné six courts métrages dont les droits de représentation nous ont été accordés, c'est donc entre les films, que nous avons décidé de jouer compositions et improvisations.

Le succès d’un premier ciné-concert dans la grande salle du cinéma montreuillois Le Méliès, en 2016, nous a stimulés pour composer plus de musique pour si possible renouveler cette expérience et faire de ce répertoire notre programme pour les quelques années à venir. Mais concrétiser une idée prend parfois du temps, et ce n’est qu’en 2020 que nous avons accepté la proposition de Vincent Mahey d'enregistrer de nouvelles compositions pour PeeWee!.

Deux projets étaient alors en cours de réalisation : l'enregistrement d'un nouvel album et le tournage d’un numéro de la série de vidéos musicales Pause, initiée par le Studio Sextan. Vincent, Sophia et moi avons alors décidé de réunir les deux et d'enregistrer l'album pendant les deux jours de tournage de Pause, en conditions de concert et en temps réel, visionnage des films inclus. Notre horloge interne et nos inspirations ont donc été aussi proches que possible de ce temps que prennent les œuvres de David Lynch. Un temps qui s’étire. Se déforme. Sans jamais se distendre.
(extrait du communiqué de presse)