Jazz Bonus : Raphaël Lemonnier & La Trova Project - Blues For Dos Gardenias

“Blues for Dos Gardenias” est l’aboutissement du projet du pianiste et arrangeur Raphaël Lemonnier sur le métissage de la chanson cubaine (la trova) et du blues. Parution chez Clicktijazz / Inouïe.

Jazz Bonus : Raphaël Lemonnier & La Trova Project - Blues For Dos Gardenias
Raphaël Lemonnier & La Trova Project, © E-Oum

Sans compter quelques surprises comme ces libres adaptations de Piaf ou encore de la Gnossienne de Erik Satie, enveloppante à souhait. “La Trova Project” est l'union de musiciens d'horizons différents, initiée par Raphaël Lemonnier et née de sa rencontre musicale avec la chanteuse cubaine Eliène Castillo.

Après l’hommage à Dinah Washington “This one’s for Dinah” (Blue Note) et “Crazy Blues” (Universal Jazz), deux albums avec sa complice China Moses, Raphaël Lemonnier, que l’on a pu entendre aussi aux côtés des chanteuses Camille et Sandra Nkaké (Jazz à Vienne 2019, "Up Above My Head"), nous revient avec cet album où se côtoient vieilles chansons cubaines, calypsos, mambos et vieux boléros teintés de jazz et de blues. Le boléro devient blues, le blues devient boléro. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Au milieu des très revisités Dos Gardenias ou Chan Chan, Raphaël Lemonnier glisse quelques classiques de la chanson française et rappelle une histoire peu connue. "Le mot trova a la même origine que troubadour. La trova a été importée à Cuba au XVIIIe siècle par les immigrants français de Saint-Domingue. La musique cubaine a des influences françaises et espagnoles. » Il s’est donc amusé avec des notes de Satie ou des titres de Piaf ou de Bécaud, « comme si c’étaient des cubains qui avaient écrit ces chansons ». Une façon de boucler la boucle.

LES MUSICIENS DE "LA TROVA PROJECT" 

Remi Charmasson avec sa guitare , nous rappelle le blues et le son suranné des années 50/60.
La cubaine Eliène Castillo répond à la voix d'influence flamenca de Clara Tudela. L’une chante la mélodie, l’autre l’accompagne et harmonise d'une façon très libre, sans craindre les décalages. C’est ce qui donne à la Trova son charme imparfait.
Xavier Desandre Navarre batteur et percussionniste a travaillé avec des grands noms du jazz et de la musique latine.
Lilian Bencini contrebassiste d’expérience est à l’aise aussi bien dans le jazz que dans la musique afro-cubaine.
(extrait du communiqué de presse)