Jazz Bonus : Philip-Michael Scales - Sinner-Songwriter

Mis à jour le mercredi 03 novembre 2021 à 11h56

Le premier album du bluesman Phillip-Michael Scales « Sinner-Songwriter », paraît chez Dixiefrog.

Jazz Bonus : Philip-Michael Scales - Sinner-Songwriter
Phillip-Michael Scales, © Bryan Higlesias

Au cours de sa jeunesse, Phillip-Michael Scales avait un oncle qui jouait de la guitare pour gagner sa vie. Il saisissait bien l’importance de la chose mais ne comprenait pas vraiment la portée de son nom : B.B. King ! Et même si Phillip-Michael Scales jouait de la guitare, il fuyait l’idée même de faire des solos et tout ce qui avait attrait au blues. Par contre, il développa une attirance pour la composition musicale lorsqu’un professeur d’anglais lui dit « qu’un grand auteur peut permettre de s’identifier à n’importe qui ». Le problème c’est qu’il ne pouvait pas alors transcrire cela dans le blues.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Né avec un fort esprit d’indépendance et une passion pour la performance artistique, Phillip-Michael Scales a formé ses propres groupes, joué et composé sa propre musique et, plus généralement, a travaillé à établir sa propre réputation. Tout du long de ce process, son oncle souriait, de son sourire si connu, l’encourageant à « continuer ainsi ». Mais quand Phillip-Michael Scales a commencé à découvrir « le blues » dans sa vie privée, leur relation s’est renforcée.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Ce n’est qu’une fois son oncle décédé que Phillip-Michael Scales a commencé à incorporer plus de blues dans sa musique. « Ces derniers temps, je me retrouve beaucoup dans le blues. Pas mal de choses me conduisent là, qu’il s’agisse de la politique, de mon identité et bien sûr mon legs familial ». Le résultat de tout cela est un son qu’il appelle « Dive Bar Soul », « qui prend un peu du storytelling que l’on retrouve dans le rock indé pour l’associer avec la passion que l’on retrouve dans le blues ».

Son single O Hallelujah a dépassé les 200.000 streams, a eu les honneurs de l’édition française du magazine Rolling Stone et d’une programmation soutenue sur les ondes de Lightning 100 à Nashville et de WXRT à Chicago. Il a joué au Moyen-Orient et sur de nombreux festivals européens et nord-américains. Sans oublier des performances en première partie de Fantastic Negrito, Anderson East, Guster, David Cook, Bethany Joy Lenz, Matt Hires, Billy Raffoul, Crystal Bowersox, Tyler Hilton, Jon McLaughlin et Cory Brannan.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Ne restait plus qu’à boucler la boucle avec la parution d’un premier album. Ce sera chose faite sur le label Dixiefrog Records. Enregistré principalement dans sa base de Chicago, « Sinner-Songwriter » est une magnifique carte de visite du talent hors-norme de Phillip-Michael Scales. En 14 titres parfaits, le guitariste-chanteur démontre toute sa science de la mélodie à travers son”Dive Bar Soul” qui évoque aussi bien le blues de son oncle que le rock d’un Lenny Kravitz. Nous offrant même au passage un duo de neveux pétri d’âme en compagnie d’Archie Lee Hooker sur When They Put Me In My Grave ! Un pur régal !
(extrait du communiqué de presse)