Jazz Bonus : Pat Metheny - Road to the Sun

Sur “Road To The Sun”, le dernier album de Pat Metheny qui paraît chez Modern, il nous surprend une fois de plus par sa capacité à explorer de nouveaux espaces sans perdre un son reconnaissable entre mille.

Jazz Bonus : Pat Metheny - Road to the Sun
Pat Metheny, © John Peden

Rares sont les musiciens actuels capables de se réinventer continuellement, année après année. Ils sont encore moins nombreux à pouvoir se vanter de conserver la même dose d’innovation et d’excellence tout au long d’une carrière s’étendant sur plusieurs décennies.

Pat Metheny compte parmi les artistes correspondant à cette description.

Considéré par NPR comme « l’un des guitaristes classiques les plus précis et les plus émouvants de sa génération », Jason Vieaux a été recruté par Pat Metheny pour interpréter Four Paths Of Light, sa suite pour guitare en quatre mouvements. Pièce maîtresse de cet opus, “Road To The Sun” est également une suite, en six mouvements cette fois,  composée pour ses amis du Los Angeles Guitar Quartet (LAGQ), que Pat Metheny considère comme l’un dles meilleurs groupes du monde.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

L’enregistrement inclut un morceau bonus (selon le musicien), une interprétation du Für Alina d’Arvo Pärt, jouée par Pat Metheny sur sa guitare Manzer Pikasso à 42 cordes.

En bref, “Road To The Sun” n’est rien de moins qu’un autre excellent disque de Pat Metheny. Il soutient aisément la comparaison avec “Secret Story”, “Bright Size Life”, “80/81”, “One Quiet Night”, “Still Life (talking)”, “Song X”, et les autres, véritable coup de théâtre presque intentionnel, inévitable dans un genre avec un seul dénominateur commun : Pat Metheny lui-même.

Pat Metheny, à propos de “Road To The Sun” :
"Quand j’ai commencé à composer, les musiciens du Los Angeles Guitare Quartet m’ont avoué qu’ils seraient tout aussi heureux que le morceau dure 5 ou 7 minutes. De là, avant même de m'en rendre compte, je me suis retrouvé avec une œuvre de 30 minutes en six mouvements exploitant les possibilités d’un format à plusieurs guitares. Je me suis consacré entièrement à cette opportunité incroyable d’imaginer ce que donneraient ces quatre guitaristes exceptionnels se répondant l’un l’autre avec ces notes. L’œuvre s’est écrite toute seule. Même quand je travaillais sur le genre de matériel que cette instrumentation et ces musiciens semblaient suggérer, il m’était tout aussi important de conserver le genre de narration, l’aspect récit dans la musique que je tente toujours de souligner, quel que soit le contexte."
(extrait du communiqué de presse)

Les 06 & 07 mars dans Les Légendes du jazz de Jérôme Badini à Jazz à Vienne 1990

Le 12 mars, invité de Jean-Baptiste Urbain dans  Musique Matin sur France Musique