Jazz Bonus : Monteverdi in the Spirit of Jazz

Parution de « Monteverdi in the Spirit of Jazz » chez ACT.

Jazz Bonus : Monteverdi in the Spirit of Jazz
« Monteverdi in the Spirit of Jazz »

Pour saluer les 450 ans du compositeur italien Claudio Monteverdi (Crémone, 15 mai 1567), le label allemand ACT fait paraître une compilation de reprises par des musiciens de jazz « Monteverdi in the Spirit of Jazz ».

Quand Richie Beirach a enregistré "Round About Monteverdi" en 2002, cela l'a fait réfléchir : "j'ai été impliqué dans la musique toute ma vie, mais c'était un sujet quel je connaissais très peu". Ce genre de réflexion n'est pas rare ; Claudio Monteverdi est une de ces personnalités dont le rôle dans le développement de la musique a été crucial, mais dont la connaissance reste floue.

2017 marque le 250ème anniversaire de la naissance du compositeur, chanteur et gambiste, né le 15 mai 1567 à Crémone dans le nord de l'Italie. Actif au crépuscule de la Renaissance, Monteverdi était un innovateur dans la musique vocale qui a fait progresser le baroque. Il n'a pas inventé l'opéra, mais est le premier compositeur qui a réussi à le porter très haut. C'était un visionnaire, mais sa gloire a diminué après sa mort et il est réapparu seulement chez les musicologues et les interprètes du 20ème siècle....ainsi que chez les musiciens de jazz.

Richei Beirach a admiré le fraîcheur, la profondeur et le génie de cette musique : "Je n'avais aucune idée qu'ily se passait tellement de chose à cette époque. J'ai toujours pensé que Jean- Sebastien Bach avait commencé quelque chose de nouveau. Maintenant, il est clair pour moi que Bach est l'aboutissement du travail que Monterverdi et ses contemporains avaient entamé." Cinq pièces de l'album de Beirach avec Gregor Huebner et George Mraz - maintenant épuisé depuis plusieurs années - forment le cœur de cet album saluant l'anniversaire de Monteverdi “in the spirit of jazz”.

Mais on trouve également ici le groupe allemand a capellaSing Pur, apporte l'incarnation du chant horal à Amor - Lamento della ninfa, accompagné du clarinettiste Michael Riessler et du violoncelliste Vincent Courtois. Et un album d'opéra a évidemment besoin de ses Italiens : le pianiste Danilo Rea et le trompettiste Flavio Boltro font chanter leurs instruments dans la Toccata From Orfeo et Lasciatemi morire. Le classicisme rayonnant et magique, avec une pointe de modernité, règne dans Se nel partir da voi du pianiste Jan Lundgren avec Lars Danielsson et le choeur de chambre Gustaf Sjökvist. Lundgren est également dans le trio Mare Nostrum, avec Paolo Fresu à la trompette et l'accordéoniste Richard Galliano. Ils imprègnent Si dolce è il tormento avec l'esprit et l'héritage de la musique folklorique européenne.

Et enfin, il y a Michael Wollny. Lors des sessions du célèbre album "Weltentraum", avec son trio composé de Tim Lefebvre et Eric Schaefer, il a enregistré une adaptation du Lamento d'Arianna, qui incarne l'imagination scintillante du jazz européen actuel. La pièce était restée inédite.