Jazz Bonus : Mikael Máni - Nostalgia Machine

Le guitariste Mikael Máni, né et élevé à Reykjavik, revient avec son deuxième album studio, “Nostalgia Machine”, qui paraît sur le label islandais Smekkleysa (en français, Mauvais goût…).

Jazz Bonus : Mikael Máni - Nostalgia Machine
Mikael Máni, © Smekkleysa

Nostalgia Machine” fait référence à l'expérience personnelle de Mikael Máni lorsqu'il analyse la musique qu'il crée et apprécie celle qu'il aime. L'objectif est de montrer comment les émotions ressenties lors de l'écoute s'impriment dans ce que l'on entend et évoquent ensuite des souvenirs de ce moment précis lorsqu'on le redécouvre. Mikael Máni s'efforce de capturer ce sentiment dans ses chansons, en créant des histoires avec des mélodies lyriques et des formes aventureuses. Il espère que cette démarche est à la fois quelque chose à laquelle la plupart des gens peuvent s'identifier, mais aussi quelque chose de tout à fait personnel, dans le sens où l'expérience que chaque individu a de la musique (ce qu'elle lui fait ressentir et ce qu'elle lui rappelle) est résolument unique.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Bien qu'il soit plutôt repéré dans le jazz, Mikael Máni aime décrire son nouvel album comme "Jarm", un mélange subtil de jazz, de rock et d'impressionnisme. Il cherche à équilibrer son travail pour qu'il soit à la fois accessible et exigeant, dans l'espoir que les auditeurs puissent être stimulés à la fois intellectuellement et émotionnellement. Le style méticuleux de Mikael Máni s'apparente au ton et à l'inflexion de Jim Hall, avec des traces de Lage Lund et d'autres guitaristes contemporains qui ont choisi des approches à la fois spacieuses et minimalistes.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Le premier album de Mikael Máni, intitulé "Bobby" (un album conceptuel citant les expériences de vie du grand maître d'échecs controversé Bobby Fischer), a été diffusé sur des stations de radio internationales respectées telles que BBC Radio 3, Jazz FM, Radio France Musique, la radio nationale islandaise et bien d'autres, et a fait l'objet d'une couverture dans des magazines musicaux de premier plan tels que Jazzwise, The Wire et Record Collector, ainsi que dans d'importants sites de jazz en ligne tels que London Jazz News. L'album lui a également valu une nomination en tant que compositeur de jazz de l'année aux Icelandic Music Awards et sa chanson la plus populaire sur Spotify "Tie Your Hopes Down" a été écoutée plus de 750 000 fois à ce jour.

Les collaborateurs de Mikael Máni sur “Nostalgia Machine” sont tous des musiciens islandais prometteurs qui ont des antécédents musicaux très diversifiés, couvrant non seulement le jazz, mais aussi les musiques classique, pop, rock et expérimentale. L'album est produit par Matt Pierson, l'un des plus grands producteurs de jazz contemporain, qui a travaillé avec Brad Mehldau, Pat Metheny, Joshua Redman et bien d'autres. Matt Pierson a également dirigé les départements marketing et A&R de Blue Note avant d'être appelé par la légende de l'industrie Mo Ostin pour diriger le département A&R Jazz de Warner Bros. Records. Il a signé et, dans la plupart des cas, produit une liste de poids lourds, avant d'être promu vice-président exécutif et directeur général du label, tout en faisant de Warner un leader du secteur, avec plus de 40 nominations aux Grammy Awards et de nombreux singles et albums numéro 1.
(extrait du communiqué de presse en anglais - traduction E. Lacaze / A. Dutilh)

Mikael Máni Ásmundsson, guitare et composition
Sölvi Kolbeinsson, clarinette, saxophone
Lilja María Ásmundsdóttir, piano, celesta, metallophone, electronics
Ingibjörg Elsa Turchi, basse électrique
Magnús Trygvason Elíassen, batterie
Marína Ósk Þórólfsdóttir, voix