Jazz Bonus : Michel Roques - Chorus

En même temps que “Univers Solitude” de Jean-Charles Capon, Le Souffle continu réédite en vinyle “Chorus”, un grand disque oublié de son ami le saxophoniste Michel Roques. Double évènement.

Jazz Bonus : Michel Roques - Chorus
Chorus

Bien que ses albums soient pétris de qualités communes à de nombreux saxophonistes / flûtistes vedettes du spiritual jazz, le Français Michel Roques n'est pas mieux loti, question renommée, que ceux qu'on nomme "seconds couteaux" voire "musiciens pour musiciens", éternels perdants magnifiques généralement oubliés des dictionnaires. Ce qui n’'arrange en rien sa réputation, c’est que Michel Roques aura été largement sous-enregistré : cinq disques sous son nom en presque vingt ans de carrière, c'est peu ! 

Heureusement, en 1972, Pierre Barouh, patron des disques Saravah, réparait cette injustice en lui offrant d'enregistrer “Chorus” en studio, prolongeant ainsi le non moins génial “Safari” gravé quatre ans plus tôt. Œuvre ambitieuse, “Chorus” doit beaucoup à sa singulière section rythmique "augmentée", dont l'ossature n'est autre que celle du trio parisien du pianiste Mal Waldron à la fin des années 1960 : c'est-à-dire Patrice Caratini à la contrebasse (elle-même doublée par le violoncelle de l'épatant Jean-Charles Capon) et Franco Manzecchi à la batterie (démultipliée par les percussions de Humberto Canto).

Singularité supplémentaire notable : Michel Roques a eu l'excellente idée de se passer du traditionnel piano sévissant en pareil contexte, Ce qui n'a pas empêché que l'intégralité de “Chorus” soit jouée à la télévision française en 1973 avec un piano à la place du violoncelle, plus un récitant différent donnant corps aux poèmes d'esprit "beat" de Nicole Roques, à savoir l'acteur Jacques Degor, collaborateur occasionnel de Jef Gilson bien moins convainquant que son confrère Bachir Touré judicieusement retenu sur le disque pour son verbe hérité des prêches afro-américains et tenant la dragée haute à des improvisations débridées. À sa manière, “Chorus” est un disque phare du free jazz mêlé de spoken words à la française. C'est aussi un album-concept militant dont l'engagement n'a rien perdu de sa force.