Jazz Bonus : Michel Petrucciani 20 ans après

Michel Petrucciani est parti le 6 janvier 1999, il laisse depuis un vide jamais comblé chez tous les passionnés de jazz, mais pas seulement, lui qui a su interpeller au-delà des cercles et des genres par sa virtuosité, sa singularité et sa générosité. Un partenariat France Musique.

Jazz Bonus : Michel Petrucciani 20 ans après
Michel Petrucciani, © Getty / Leon Morris

20 ans après la disparition de Michel Petrucciani, BMG sort le 9 novembre cette “intégrale” de ses enregistrements pour Dreyfus Jazz. 

Ce coffret vient à propos rappeler l’aura magnifique de Michel Petrucciani. Les pianistes qui s'imposent si vite et si jeunes par leur ton (le choix des couleurs) autant que par leur style (la griffe du phrasé) sont assez rares pour qu'on souligne leur singularité. Michel Petrucciani est de ceux-là. Héros d'une "success story" à l'américaine, le pianiste semble n'avoir été fidèle qu'à une seule logique : l'amour fou de la musique.

Né le 28 Décembre 1962 à Orange, Michel Petrucciani est issu d'une famille totalement musicienne (son père Tony est guitariste, ses frères Louis et Philippe sont respectivement contrebassiste et guitariste). C'est par pur hasard qu'il eut très tôt la révélation du piano. "Mon père m'a raconté qu'un soir, à l'âge de quatre ans, voyant un pianiste à la télévision, j'ai pointé le doigt vers l'écran en m'écriant : c'est de cet instrument que je veux jouer". Le pianiste s'appelait Duke Ellington.

En 1985, après avoir réalisé une série d’albums épatants pour le label Owl de Jean-Jacques Pussiau, il est le premier français à signer, à 23 ans, chez Blue Note, maison pour laquelle il enregistrera six albums. Depuis son succès américain, Michel ne cesse, avec une énergie gourmande et juvénile, de parcourir le monde et de changer très vite de formules musicales et d'environnement. À partir de 1992, jusqu’à sa disparition, il enregistra chez Dreyfus Jazz une série d’albums dans les formats les plus divers. "Si je ne change pas, je m'ennuie très vite. Ce besoin se manifeste jusque dans ma vie quotidienne. Chez moi, je n'arrête pas de changer les meubles de place. En musique c'est pareil. Il faut que j'innove et varie sans cesse".

Le 6 janvier 1999, Michel Petrucciani décède à New York à l'hôpital Beth Israel des suites d'une infection pulmonaire foudroyante.

Du 2 au 8 janvier 2019, dans Open Jazz Alex Dutilh invitera 5 pianistes à se pencher sur l'œuvre de Michel Petrucciani. Toujours sur France Musique, une Nuit spéciale, celle du 5 au 6 janvier, sera concotée par Alex Dutilh à partir d'une série d'enregistrements du pianiste conservés par l'Ina. Enfin, Jérôme Badini lui consacrera des Légendes du Jazz des samedi 5 et dimanche 6 janvier.