Jazz Bonus : Mathias Rüegg - Solitude Diaries

« Solitude Diaries » de Mathias Rüegg, le compositeur et leader du Vienna Art Orchestra, est né suite au confinement en mars 2020. Sortie chez Lotus.

Jazz Bonus : Mathias Rüegg - Solitude Diaries
Mathias Rüegg, © Robert Ragan

À partir du moment où le confinement a été décrété, le 16 mars 2020, un état d'esprit craintif, sinistre et paranoïaque s'étendait dans les moindres recoins de la ville. Il n'y avait qu'un seul moyen pour moi pour échapper à cette dépression collective : m'évader dans la créativité, dans la composition. C'est pourquoi j'ai décidé, le jeudi 19 mars, d'écrire un court morceau de piano chaque jour, exactement entre 18h et 22 heures, du jeudi au lundi. L'un des mes objectifs était de tester où en étaient mes capacités de créativité.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

C'est pourquoi je ne me suis pas permis de réfléchir à ce que j'allais écrire avant 18 heures, mais j'ai dû "me laisser aller" dans un autre monde, en état de choc, dont je ne me suis pas permis de m’abstraire jusqu'à 22 heures. Au début, cela s'est passé sans problème, mais à partir de la deuxième semaine des doutes se sont glissés. Est-ce que je peux le supporter, est-ce que je peux le faire ?

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Et si je n'arrivais pas à trouver quelque chose ? Il était clair pour moi que j'arrêterais immédiatement l'expérience si elle échouait. Cela m'a mis sous une pression énorme. De plus, les quatre premières semaines, j'écrivais une suite en quatre mouvements pour un quatuor de musique de chambre. Pendant exactement huit heures le sixième jour ; le  septième jour, il y a eu un jour de repos ; et à partir de la cinquième semaine, il y a eu deux jours de repos. L'intensité m'a rappelé le mois d'août 2011 quand, en moins de quatre semaines, j'ai dû écrire toute la musique d’un nouveau spectacle du Big Apple Circus (NYC).

Après avoir constaté que les premiers morceaux tenaient la route, l'idée de faire un album avec quarante prises - le temps d’une quarantaine - est vite apparue et l'idée d'un recueil de partitions m’a également traversé l’esprit. Je pensais, par exemple, à un répertoire de rappels, pour les pianistes classiques qui s'intéressent au jazz. Ou encore des pièces plus légères pour les pianistes amateurs. Il n'y a pas beaucoup de partitions utiles dans ce domaine.

Le choix des pianistes a été un plaisir pour moi, bien qu'avec quelques surprises. Et le nombre de pièces jouées par chacun a beaucoup à voir avec les différentes disponibilités ou indisponibilités. Dès le début, il m'est apparu clairement que Ladislav Fančovič serait l'un des principaux acteurs. František Jánoška en a fait venir un deuxième (tous deux de Bratislava), également à l'aise dans la musique classique et le jazz. Quatre pièces ont été apportées par le Suisse Oliver Schnyder, qui vient du milieu classique "hardcore", avec Soley Blümel, qui vient d'avoir douze ans, et Johanna Gröbner (pianiste de la dernière édition du Vienna Art Orchestra). Les trois pianistes salzbourgeois Elias Stemeseder, Georg Vogel et Lukas Kletzander représentent la jeune scène jazz autrichienne. Les pianistes de jazz chevronnés sont le Français Jean-Christophe Cholet et le Viennois Oliver Kent.

“Solitude Diaries” a été enregistré pendant cinq jours en juillet/août dans la salle d'exposition Bösendorfer du Konzerthaus de Vienne sur l'excellent piano à queue 280VC - Vienna Concert de Thomas Egger, avec lequel je travaille avec succès depuis plusieurs années maintenant.

Parallèlement aux pièces pour piano, j'ai également écrit chaque jour un texte qui ressemble à un journal intime. Il commence de manière très poétique et devient ensuite de plus en plus

politique et radical et donc inintéressant sur le plan artistique. Mais peut-être que je mettrai ces textes sur mon site web www.mathiasrueegg.com un jour ou l'autre. L'insanité de l'enfermement combinée à la quasi-abrogation de la démocratie - sans la moindre résistance - était difficile à supporter pour un esprit libre comme moi.
Et c'est toujours le cas !
Mathias Rüegg, Vienne, 2.9.2020
(extrait des notes de pochette en anglais - traduction E. Lacaze / A. Dutilh)