Jazz Bonus : Le Petit Journal St Michel en danger

Sauver le Petit Journal Saint-Michel à Paris (75).

Jazz Bonus : Le Petit Journal St Michel en danger
Le Petit Journal Saint-Michel, © Connie Ma from Chicago, United States

Le Petit-Journal St-Michel a été mis en vente fin 2015 et a été acquis par François Barnoud, contrebassiste bien connu dans le milieu du jazz, qui a sauvé cet établissement mythique d’une transformation par des investisseurs chinois en restaurant de sushis.

L’APAJNO nous a informé(e) du décès récent de François Barnoud qui replonge le Petit-Journal St-Michel dans l’incertitude. En accompagnement au soutien très actif de la Mairie du 5ème arrondissement de Paris pour la préservation du Petit-Journal St Michel , l’APAJNO a engagé une campagne d’adhésion : sur les 302 personnes jointes, L'APAJNO a déjà reçu 125 adhésions et auxquelles s’ajoutent 35 personnes qui ont envoyé un email de soutien aux actions de l’APAJNO, soit au total 160 soutiens reçus. Il à recevoir régulièrement des adhésions et des soutiens. Le but est désormais atteint, Madame la Maire du 5ème peut faire état de l’appui d’une association, l’APAJNO, forte de plus de 160 membres et sympathisants.

A l’époque de la première mise en vente, 26 musiciens et fans du Jazz Classique/Nouvelle-Orléans avaient formé un cercle d’investisseurs potentiels pour se porter également acquéreurs ; le montant des participations financières avait alors atteint un total de 124.700€ , une somme certes significative, mais encore insuffisante.

Le plan de l'APAJNO est de proposer aux héritiers de prendre la suite de leur action, soit en leur rachetant 51% des parts de la SARL, soit la totalité, sur la base de la valeur actuelle de cession (250.000 € maximum d’après 3 estimations) en concluant un nouveau bail 3-6-9.

Cette acquisition se fera sous forme de parts de la société, pour laquelle chaque investisseur recevra un nombre de parts équivalent au montant de son versement.

Celles ste ceux qui voudraient manifester leur soutien sont invités à le faire rapidement par email conjoint à francis.quetier@gmail.com et angela.castagnaro@orange.fr.

Mots clés :