Jazz Bonus : Joe Fiedler's Open Sesame - Fuzzy and Blue

Mis à jour le lundi 08 novembre 2021 à 15h46

Joe Fiedler récidive pour nous donner sa vision de Sesame Street en version jazz. Avec l’arrivée de Steven Bernstein, la joie et l’insouciance font bon ménage.

Jazz Bonus : Joe Fiedler's Open Sesame - Fuzzy and Blue
Open Sesame, © Corbis / Scott Friedlander

En 2019, le tromboniste Joe Fiedler a sorti “Open Sesame”, un album qui propose des lectures jazz inventives de morceaux tirés de son travail de longue date en tant que directeur musical et arrangeur de la célèbre émission pour enfants Sesame Street, nominé aux Emmy’s Awards. Cet effort a été apprécié aussi bien par les auditeurs profanes que par le monde du jazz. DownBeat a fait l'éloge de "l'esthétique diversifiée" de la musique, dans laquelle Joe  Fiedler mélange "des éléments de funk, de rock, de free-jazz et de polyphonie de la Nouvelle-Orléans dans un mélange puissant qui donne de la profondeur et de la texture aux compositions enjouées". Lorsque Joe Fiedler et le groupe ont récemment fait une tournée, marquée par un arrêt au Dizzy's Club avec des invités de marque comme Wynton Marsalis et nul autre qu'Elmo lui-même, on s'est rendu compte que le projet aurait une suite. "J'ai ces cahiers de chansons du bureau de Sesame Street," dit Joe Fiedler, "et si et si vous parcourez les 30 premiers airs, absolument tout le monde les connaît. Mais il y a six ou sept mille chansons qu'ils ont faites au cours des 50 dernières années, et il y a beaucoup de pépites là-dedans pour donner matière à un deuxième album, c'est sûr."

Fuzzy and Blue”, le deuxième volume de Joe Fiedler consacré aux chansons de Sesame Street, met encore plus en lumière l'esprit extraordinaire et le don mélodique des compositeurs fondateurs de Sesame Street, Joe Raposo et Jeffrey Moss, entre autres. L'album bénéficie du même niveau d’écriture que “Open Sesame”, avec quelques modifications. Le trompettiste Steven Bernstein, qui n'a joué que sur une partie d'”Open Sesame”, devient maintenant un rouage essentiel d'une section de trois cors agiles, élargissant et variant la palette et permettant à Joe Fiedler de mettre en avant ses compétences en matière d'orchestration. Jeff Lederer joue du ténor et de la clarinette et s'appuie davantage sur le saxophone soprano cette fois-ci, contribuant ainsi à obtenir le mélange idéal de couleurs et de registres que Fiedler recherchait. Le batteur Michael Sarin et le bassiste Sean Conly maintiennent le rythme avec créativité, de l'ambiance Dr. John/Professor Longhair de Fuzzy and Blue à l'ambiance reggae de Elmo's Song (de Tony Geiss), en passant par l'afro pop inspirée de Hugh Masekela de Ladybug's Picnic (à l'origine, une nouveauté country entraînante du regretté William "Bud" Luckey).

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

L'ensemble reçoit également la visite du vocaliste Miles Griffith, le type même de l'invité de Sesame Street. Sur le méli-mélo I Love Trash/C Is for Cookie (une combinaison de Moss et Raposo), le chant de Miles Griffith est incroyablement drôle mais perspicace et fermement contrôlé. Il est tout aussi convaincant dans une veine socio politique sur I Am Somebody, dans lequel Joe Fiedler combine une chanson originale avec les paroles du révérend William Holmes Borders - des mots récités avec force dans Sesame Street en 1972 par le révérend Jesse Jackson. Sur “Fuzzy and Blue”, Joe Fiedler a ressenti le besoin de se faire l’écho du tumulte social à la fin de la présidence de Trump et les conséquences encore provisoires de la pandémie de Covid. We Are All Earthlings, une douce et idyllique ballade folk de Jeffrey Moss datant de 1993, y parvient également, bien que Joe Fiedler apporte une tension supplémentaire avec ses voicings de cuivres dignes de Stravinsky.

Ensemble, Steven Bernstein et Joe Fiedler présentent une véritable master-class dans l'utilisation des sourdines pour un chatoiement de couleurs et de timbres, dans l'esprit des débuts du jazz. "Nous jouons ces sourdines Harmon avec les tiges à l'intérieur", dit Joe Fiedler, "ce que personne ne fait - cela date des années 20". Steven Bernstein joue sa trompette à coulisse caractéristique sur X Marks the Spot de Raposo (la seule chanson en mineur), mais on l'entend aussi à la trompette à pistons et au bugle, sans oublier la trompette en sol, plus grave et plus sombre, sur I Am Blue de Raposo. Cette chanson s'ouvre sur un magnifique trombone en sourdine et présente une orchestration typiquement ellingtonienne, avec des cuivres particulièrement expressionnistes.

Tout au long de l'album, il y a une atmosphère de plaisir, "un sens du burlesque" comme le dit Joe Fiedler dans les notes de pochette d'Open Sesame, qui découle de l'amour profond du tromboniste pour Ray Anderson, les Jazz Passengers, Carla Bley et d'autres influences majeures. Le groupe Sexmob de Steven Bernstein en est une autre. L'ouverture d'esprit et le parti-pris d'improvisation qui caractérisent les albums du trio de Joe Fiedler, “Sacred Chrome Orb”, “The Crab”, “I'm In” et “Joe Fiedler Plays the Music of Albert Mangelsdorff”, se retrouvent également dans cet album plus orienté vers la chanson. “Fuzzy and Blue”, comme son prédécesseur, est une façon pour Joe Fiedler de rassembler tout cela.

Originaire de Pittsburgh, Joe Fiedler est un improvisateur et un chef d'orchestre accompli qui a joué avec Andrew Hill, Charles Tolliver, Satoko Fujii, Eddie Palmieri, Celia Cruz et bien d'autres. En plus de son trio et d'autres petits groupes, Fielder dirige le quatuor de cuivres graves Big Sackbut (trois trombones et un tuba), qui a sorti les albums”Big Sackbut”, “Sackbut Stomp” et “Live in Graz” Il a été nommé pour un Emmy Award dans la catégorie "Direction musicale et composition dans une série pour enfants" en 2013 et 2016. Il joue le trombone principal sur l'album 2021 de la bande originale du film In the Heights de Lin-Manuel Miranda, contribuant à l'orchestration des cuivres ainsi qu'à l'accompagnement des répliques. C'est en jouant dans la production théâtrale de In the Heights en 2008 qu'il a rencontré l'arrangeur en chef Bill Sherman, qui l'a ensuite engagé pour Sesame Street.
(extrait du communiqué de presse en anglais - traduction E. Lacaze / A. Dutilh)