Jazz Bonus : Jean-Charles Capon - L’Univers Solitude

Réédition par Le Souffle continu d’un album culte de Jean-Charles Capon, pionnier du violoncelle dans le jazz en France.

Jazz Bonus : Jean-Charles Capon - L’Univers Solitude
L'univers solitude

Bien que minoritaire dans l'histoire du jazz et de l'improvisation, le violoncelle a fini par se tailler une place de choix, que ce soit sur le continent américain (Fred Katz, Calo Scott, Abdul Wadud, Diedre Murray, Peggy Lee) ou en Europe (Tristan Honsinger, Maarten Altena, Denis Van Hecke, Ernst Reijseger). Tout comme Didier Petit, Jean-Charles Capon est un des virtuoses français de l'instrument, qu'il commence à pratiquer en professionnel dès le début des années 1960 avant de créer le Baroque Jazz Trio. 

Rapidement, son nom est associé à quelques groupes cultes dont il est membre ou invité de luxe (Confluence, Perception, Speed Limit), mais aussi à de nombreux musiciens de (free) jazz plus ou moins renommés, dont David S. Ware (avec qui il grave en duo l'impeccable “From Silence To Music”), Philippe Maté, Michel Roques, André Jaume ou Joe McPhee (au sein de Po Music). Jef Gilson participe à le lancer (ils enregistrent ensemble dès 1968) avant que Pierre Barouh, patron des disques Saravah pour lesquels Jean-Charles Capon collabore avec Brigitte Fontaine et Areski, ne lui offre de réaliser son premier album sous son nom : “L'Univers-solitude”. 

En compagnie du percussionniste suisse Pierre Favre, Jean-Charles Capon y démontre dans chaque registre une inventivité bien au-delà de tout arrière-plan rythmico-mélodique traditionnel, tant la fluidité du phrasé complète à merveille une tessiture pour le moins étendue : Jean-Charles Capon ne vénère pas pour rien Duke Ellington, John Lewis et Gabriel Fauré, comme en attestent d'ailleurs ultérieurement ses relectures habitées de Mood Indigo, Django et Après un rêve. Quant à Pierre Favre, il n'est pas là pour jouer les utilités : ses recherches de timbres et combinaisons de rythmes complexes offrent au violoncelliste français un bel écho tout au long d'un disque remarquable enfin réédité comme il se doit.