Jazz Bonus : Ibrahim Ferrer - Buenos Hermanos

“Buenos Hermanos”, deuxième album du chanteur du Buena Vista Social Club Ibrahim Ferrer, ressort chez World Circuit/BMG dans une nouvelle édition remixée, remasterisée et re-séquencée. Avec 4 titres inédits issus des sessions de l’album original.

Jazz Bonus : Ibrahim Ferrer - Buenos Hermanos
Ibrahim Ferrer, © Christien Jaspars

A sa sortie en 2003, “Buenos Hermanos” a été salué comme un album audacieux, fermement ancré dans la tradition, tout en élargissant les horizons de la musique cubaine du 21ème siècle. Un répertoire varié et un son moderne. Le producteur Ry Cooder a repris les bandes originales pour remixer l'ensemble de l'album. Il a ajouté quatre morceaux inédits des sessions originales et remanié l’ordre de chansons. Résultat, “Buenos Hermanos” sonne comme un nouvel album !

« C'est mieux que jamais, si je peux me permettre » commente Ry Cooder sur les nouveaux mixes. « Nous avons revisité les bandes de la session originale et avons trouvé des chansons qui ont été négligées pour une raison inconnue, et je pense que vous allez être aussi ravis que moi du résultat. Nous les avons vraiment peaufinées, améliorées et élargies, elles sonnent presque comme des nouveautés. Nous avons tellement besoin de quelque chose de bon et de beau en ce moment... »

Après 40 ans de carrière en tant que chanteur Ibrahim Ferrer était alors à la retraite depuis plusieurs années et cirait des chaussures dans la rue quand, en 1996, le chef d’orchestre du

groupe Afro-Cuban All Stars, Juan de Marcos González, est venu le chercher pour chanter sur l’enregistrement qui allait devenir le légendaire “Buena Vista Social Club”. L'année suivante, l'album reçut un accueil phénoménal et propulsa Ibrahim Ferrer et ses amis musiciens vers une renommée internationale. A ce jour, l'album “Buena Vista Social Club” s’est vendu à plus de 8 millions d'exemplaires dans le monde.

“Buenos Hermanos” a suivi le premier album solo de Ibrahim, “Buena Vista Social Club Presents Ibrahim Ferrer”. Cette sélection de chansons classiques, de ballades et de boléros romantiques, pour lesquels Ibrahim Ferrer était justement adulé, a remporté le Grammy 2003 du meilleur album dans la catégorie ‘Traditional Tropical Latin’.

Le line-up pour “Buenos Hermanos” fut très inhabituel mais bien inspiré ; en plus des Cubains Orlando ‘Cachaíto’ López (basse), Manuel Galbán (guitare électrique, piano et orgue), le très estimé Chucho Valdés (piano) et Miguel ‘Angá’ Díaz (congas), on retrouve bien sûr Ry Cooder à la guitare mais aussi l'accordéoniste Flaco Jimenez, les voix gospel des Blind Boys of Alabama et le trompettiste “ambientJon Hassell.

Ibrahim Ferrer a apporté à ces chansons non seulement la maturité de samaîtrise vocale, mais aussi une assurance et une confiance en soi qui, selon Ry Cooder, le placent au côté de géants de la musique cubaine comme le héros personnel de Ibrahim Ferrer, Beny Moré. « Ce sont des chansons qui me font me sentir plus jeune », a déclaré Ibrahim Ferrer à l'époque. « J'y ai mis mes sentiments les plus profonds et c'est ma façon de rendre quelque chose à mes auditeurs et de les remercier pour leur soutien. J'aime sentir qu'il y a quelque chose à l'intérieur de ce que je chante ».
(extrait du communiqué de presse)