Jazz Bonus : Hasse Poulsen & Thomas Fryland - Dream a World

Avec “Dream a World”, le guitariste et chanteur Hasse Poulsen et le trompettiste Thomas Fryland signent le 28 mai chez Das Kapital / L’autre distribution une ode à la liberté à reconquérir. Une anthologie de free songs à donner le frisson.

Jazz Bonus : Hasse Poulsen & Thomas Fryland - Dream a World
Hasse Poulsen & Thomas Fryland, © Kim Wendt

Sur ce qui a donné naissance à ce duo, Hasse Poulsen s’explique :
“Espérer et rêver. Des mots qui peuvent exprimer nos plus belles aspirations tout en nous rappelant, que la réalité n'est pas ce qu'elle devrait être. Peu importe à quel point nous sommes joyeux, nous finirons par mourir. C'est la sensation de base de la musique jazz. Rire pour ne pas pleurer. On peut trouver que c'est trop sentimental et naïf. Imagine, je rêve un monde, les temps changent ... 

Oui, naïf mais toujours profond. C'est aussi du jazz : unir le banal et le sentimental au plus grand que l'art puisse exprimer. 

Nous avons besoin d'espoir aujourd'hui. Nous en avons vraiment besoin ! Pas un espoir comme une émission de télévision qui nous dit de ne pas s'inquiéter car les choses vont s'arranger. Nous avons besoin d'espoir pour pouvoir construire des visions sur la manière dont nous devons façonner le monde. Comment pouvons-nous vivre ensemble ? Comment pouvons-nous arrêter de nous exploiter les uns les autres ? Nous avons terriblement besoin de ces rêves et de ces visions. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Autour de l'espoir et du rêve, il y a un sentiment religieux. Ou plutôt un sentiment spirituel : une aspiration à quelque chose de plus grand que nous. Au sens de Heidegger où la spiritualité est le partenaire de l'humanité et où tous les dieux ne sont pas spirituels - ou divins. C'est difficile à comprendre. Mais l'un des grands rêves est l'universalité. Que nous sommes tous un. Nous sommes un et nous sommes tous. Uniques et ensemble. Ce qui est bon pour toi est bon pour moi.” 

Thomas Fryland et Hasse Poulsen ont sélectionné 14 morceaux qui expriment ces rêves et aspirations humaines de 14 manières très différentes : Le chef-d'œuvre de Bob Dylan, The Times They are a-Changin', est ainsi joué dans un arrangement groovy (pour reprendre un mot hipster des années 60). C'est un rêve que chaque génération partage et ressent très fortement : assez de ces anciens compromis paresseux avec la vie qu'ils voient vivre leurs parents. Faites place à un nouveau monde courageux. 

Comme Sergio Ortega l'a exprimé dans sa chanson El Pueblo. Le moment est venu de se tenir ensemble. La chanson a d'abord été conçue comme un rassemblement pour les projets sociaux et démocratiques du gouvernement Allende, mais est devenue tragiquement une chanson de résistance contre le régime meurtrier de Pinochet. C'est maintenant devenu un chant mondial de résistance et d'espoir: un peuple uni ne peut être battu !

Le poète danois Simon Grotrian a prêté deux poèmes à ce recueil : La première Prière est une vague déferlante est une évocation abstraite de la prière et de la foi comme moyen d'être sauvé de la douleur de la vie. Simon Grotrian était très religieux et est le plus grand poète chrétien du Danemark à l'époque moderne. 

Il est difficile de ne pas adhérer au poème de Langston Hughes I dream a world : «Je rêve d'un monde où les noirs et blancs, quelle que soit leur race, partageront les bienfaits du monde et où chaque homme sera libre».  Leonard Cohen était merveilleux avec les mots. Même si sa mélodie de Hallelujah n'était pas en soi un chef-d'œuvre, la phrase "Il y a une grâce de lumière dans chaque mot, peu importe ce que vous avez entendu : le saint ou le brisé, Hallelujah" serait suffisant pour l'inclure dans ce répertoire de chansons. 

Autrefois, il y avait un rêve d'une Europe unie ; il y en a toujours un. Lorsque Schiller et Beethoven ont écrit Ode à la joie, l'Europe était divisée en un patchwork de petits royaumes gouvernés par des monarques avides dont la plus grande joie était de sacrifier la vie de milliers de personnes afin de gagner un lopin de terre. L'Europe est en passe de s'unifier et les guerres à l'intérieur de l'Europe sont devenues rares. La chanson de la dernière symphonie de Beethoven a été choisie comme hymne de l'Europe unie. 

Des années soixante est né le groupe Pink Floyd qui excellait dans le surréalisme grandiose. Avec le film “The Wall”, ils ont donné un visage aux aspirations de la jeunesse ignorée. Cette jeunesse devenue depuis le moteur des mouvements alternatifs mondiaux. “Nous n'avons pas besoin de formatage. Nous n'avons pas besoin de contrôle de la pensée”. L'hymne du défi. 

Quelques années plus tôt, John Lennon a écrit son hymne d'universalité Imagine. Cette chanson est partout. Parce que partout, nous devons croire qu'un autre monde est possible, et que la destruction de notre planète et de toute vie n'est pas le seul avenir possible. 

Le trompettiste, poète, auteur-compositeur-interprète Boris Vian a exprimé un autre type d'espoir et de défi dans sa chanson Le déserteur. Il a dit : “Je ne participerai pas à votre guerre, monsieur le président, alors allez-y et tuez-moi quand vous me trouverez”. Il ne s’enfuit pas seulement. Il explique pourquoi il s'enfuit, donnant aux puissants de ce monde la possibilité de comprendre. Ils écoutent rarement. 

La liberté est un mot grand et difficile. Quelles sont les limites de la liberté ? La liberté de porter des armes et de presser les autres économiquement. Ou la liberté de développer votre plein potentiel en tant qu'humain. La liberté de se lever fort et libre entre égaux. Oscar Peterson a écrit Hymn to Freedom célébrant la libération des pays africains de leurs colonisateurs européens. 

«Hier soir, j'ai fait le rêve le plus étrange que j'aie jamais fait. J'ai rêvé que le monde avait tous accepté de mettre fin à la guerre ». Est-ce que ce ne sera qu'un rêve ? 

Le deuxième poème de Simon Grotrian dans ce recueil est Peut-être demain. “Peut-être serai-je appelé à quitter la vie demain. Peut-être que le paradis m'attend”. C'est un très beau poème. La vie avec la mort. 

Requiem est la complainte de Hasse Poulsen à la mort de Simon Grotrian à l'été 2019. C'est le seul morceau du disque sans improvisation. 

Pour terminer ce recueil de chansons sur une note optimiste, une chanson que Louis Armstrong a rendue célèbre : What a Wonderful World. Nous pouvons choisir d'être conscients de toute la beauté de la vie, même si les cruelles réalités nous entourent. Il est possible de vivre. Il est possible d'être heureux. 
(extrait du communiqué de presse)

Où écouter Hasse Poulsen & Thomas Fryland

  • A Paris (75) jeudi 10 juin à 21h au Sunside