Jazz Bonus : Hailu Mergia - "Lala Belu"

Sortie de “Lala Belu” de Hailu Mergia, le jazzman éthiopien installé aux États-Unis, plus de quinze ans après un dernier essai discographique sorti dans l’anonymat.

Jazz Bonus : Hailu Mergia - "Lala Belu"
Hailu Mergia, © Avery Leigh

Gloire de la scène éthio-jazz d’Addis-Abeba dans les années 70 et 80, le chef d’orchestre, claviériste, accordéoniste et arrangeur éthiopien Hailu Mergia demeurait relativement méconnu du public occidental jusqu’à la réédition de trois de ses classiques par le bien nommé label américain Awesome Tapes From Africa. Poussé par l’engouement qu’a suscité la réhabilitation de ses disques à partir de 2013, il retrouve dès lors les scènes du monde entier. Plus de quinze ans après un dernier essai discographique sorti dans l’anonymat, Hailu poursuit sa belle destinée avec un nouvel album studio : Lala Belu”.

Un nouveau disque qui s’appuie sur le remarquable retour du musicien éthiopien sur la scéne, avec le batteur Tony Buck et le bassiste Mike Majkowski, tous deux d’origine australienne. Si les albums millésimés de Mergia sont connus pour leur qualité intrinsèquement mystérieuse et savoureusement rétro, cet enregistrement reflète davantage l’élanjazz électrisant de sa nouvelle formation, à travers des standards instrumentaux éthiopiens ainsi que des compositions originales.

Installé à Washington D.C. depuis le début des années 80s, Hailu Mergia exerce aujourd’hui la profession de chauffeur de taxi. À l’aube des années 2010, il est contacté par l’américain Brian Shimkovitz (fondateur du label Awesome Tapes From Africa), qui souhaite rééditer ses oeuvres, dont il ne reste alors que quelques rares exemplaires dans le monde, au format cassette. Ainsi, les trésors enfouis “Hailu Mergia And His Classical Instrument” (1985), “Tche Belew” (1977) puis “Wede Harer Guzo” (1978) seront déterrés et offriront à Hailu la reconnaissance de médias tels que The New York Times, Pitchfork, The Wire ou encore Noisey, lui permettant de toucher un nouveau public.

Agé de 71 ans, le joyau retrouvé de la musique éthiopienne savoure sa nouvelle aventure : « C’est un disque historique pour moi. Je suis extrêmement excité. Tout cela ressemble à un grand retour, j’ai un nouveau public, de nouveaux musiciens, et une nouvelle maison de disques. L’album est très différent de ce que j’ai pu faire auparavant. »

Où écouter Hailu Mergia