Jazz Bonus : Fanou Torracinta - Gipsy Guitar From Corsica, Vol 1

“Gipsy Guitar From Corsica vol. 1”, qui paraît chez Casa Editions, est le troisième album du guitariste Fanou Torracinta. C’est avant tout une histoire de groupe avec lequel notre soliste s’épanouit totalement.

Jazz Bonus : Fanou Torracinta - Gipsy Guitar From Corsica, Vol 1
Fanou Torracinta, © Antoine Baptiste Fedi

La guitare a toujours fait partie du patrimoine de l’Île de Beauté, la mazurka et la valse étant les marques de fabrique des guitaristes corses. Il n’est pas étonnant que ce tout jeune guitariste bastiais - Fanou Torracinta n’a que vingt-six ans - se soit emparé de cette histoire.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Les véritables artistes puisent dans ce qui  les charme, en sont habités sans effort visible, font siens des univers qui leur  semblent étrangers. En réalité, ces  influences ne sont jamais simples et elles sont moins inexplicables qu'il n'y paraît. Elles se  transforment au gré de leurs désirs pour s'effacer et recréer un monde singulier qui leur appartient. Ainsi Fanou Torracinta nous invite au voyage. Un voyage pluriel, né sans doute de son origine insulaire. 

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

L'île appelle le dépaysement, la recherche des contrastes en même temps que l'affirmation de son enracinement. Souvent, elle est aussi une halte bienfaisante pour les musiciens de passage. Parfois, cela peut sceller un destin : la rencontre de Fanou Torracinta avec Tchavolo Schmitt, véritable légende du style manouche, sera déterminante. Il le reverra et jouera avec lui à chacune de ses participations aux festivals insulaires. Dès son plus jeune âge, Fanou Torracinta se confronte aux meilleurs, s'imprègne de leur art avec la ferveur de l'enfance qui tient toute dans ce goût du jeu : cela ne le quittera plus. On se prend à imaginer l'enfant curieux que Fanou dut être, observant les doigts agiles des musiciens, glissant sur les cordes, découvrant ces rythmes étrangers qu'il rêvait d'imiter. Alors qu'il est à peine âgé de dix-sept ans, il fonde le Corsican Trio. Deux ans plus tard, il poursuit l'expérience avec Quartet. Il sort deux albums dont le dernier s'intitule “Un altru mondu” (Un autre monde) chez Casa Editions. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Une rythmique impériale, d’une efficacité redoutable, formée par William Brunard à la contrebasse et Benji Winterstein à la guitare rythmique, déroule le tapis à un Fanou constamment inspiré, qui affirme une vraie originalité, posant sa patte à la fois par son style au swing léger, mariant influences corses et manouches, mais aussi et surtout par l'apport de sept compositions originales d'une grande fraîcheur d'inspiration, entre swing - les nerveux Fast Rag et C Swing, bien dans la tradition manouche, où l'on voit que le jeune homme a des doigts - et méditations musicales apaisées expression d'un univers beaucoup plus personnel, Regards et Vaghjime, deux pièces en solo conjuguant poésie et sérénité, ou encore Inguernu, ballade sentimentale. Bastien Brison, pianiste de la scène jazz vient gonfler les rangs et affirmer, grâce à un swing redoutable, la musique du groupe. 

Si l'on peut considérer le jazz manouche comme une forme de nomadisme artistique, la musique de Fanou Torracinta en a cerné la quintessence. C'est l'effet de l'île sur une imagination vagabonde. En Corse, la beauté de la nature est partout et la guitare a toujours été l'instrument de prédilection pour traduire cette beauté. Mais il n'est pas si simple d'y vivre. On ressent aussi fortement l'enfermement, qui porte à la mélancolie et aux fuites éperdues. La Corse de Fanou Torracinta n'est pas celle des étés accablants de chaleur où l'on se heurte à chaque pas à une foule de touristes errants. Sa Corse est celle des arrière-saisons mélancoliques, ensorcelantes, où des valses oubliées se mettent à vibrer sous les doigts virtuoses des musiciens. Par la grâce de ses créations, Fanou Torracinta nous restitue aujourd'hui cette musique rêvée jadis et nous prolongeons son rêve en l'écoutant avec une nostalgie neuve et émerveillée.
(extrait du communiqué de presse)

Où écouter Fanou Torracinta