Jazz Bonus : Edmar Castañeda & Grégoire Maret - Harp vs. Harp

La forte affinité musicale qui unit l’harmoniciste Grégoire Maret, né à Genève en Suisse, et le harpiste Edmar Castañeda de Bogota en Colombie dans "Harpe vs. Harp" qui paraît chez ACT, n'est pas un hasard, d'autant plus que leurs histoires se ressemblent étrangement.

Jazz Bonus : Edmar Castañeda & Grégoire Maret - Harp vs. Harp
Edmar Castañeda & Grégoire Maret, © Aline Muller

Chacun d'entre eux est venu de son pays respectif en tant qu’adolescent et s'est installé à New York. Ils n'ont pas seulement survécu, chacun individuellement, dans le chaudron créatif souvent impitoyable de la vie musicale new-yorkaise ; chacun s'y est forgé une réputation de leader, travaillant régulièrement et à long terme avec les meilleurs.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Chacun d'eux a réécrit les règles de son instrument, tous deux inhabituels dans le jazz ; Edmar Castañeda et Grégoire Maret ont redéfini ce dont la harpe et l'harmonica sont capables. Comme l'écrit Herbie Hancock à propos de Grégoire Maret : " Il n'y a personne d'autre qui atteigne ce niveau sur l'harmonica et il rivalise avec les meilleurs sur n'importe quel instrument. Grégoire a fait partie du Pat Metheny Group, avec qui il a reçu un Grammy du meilleur album de jazz contemporain. Il a également joué dans les groupes de Marcus Miller et Herbie Hancock. Grégoire Maret travaille avec Cassandra Wilson depuis presque dix ans, et elle note que lorsqu'il joue, le public est invariablement " transformé... transporté avec une intensité douce mais puissante vers un niveau supérieur ".

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

C’est à Paquito D’Rivera que l’on doit la découverte de Edmar Castañeda, lorsqu’il a déménagé de Bogota à New-York, à la fin des années 90. “Il a sorti la harpe de l’ombre et s’est affirmé comme l’un des musiciens les plus originaux de la scène new-yorkaise”, confiait à l’époque le saxophoniste. Cette harpe est liée à la culture colombienne, une arpa llanera à 34 cordes. Edmar en met en valeur tout le potentiel rythmique avec une énergie phénoménale. John Scofield, Gonzalo Rubalcaba, Marcus Miller, John Patitucci, Hamilton de Holanda, Hiromi : ils sont nombreux ceux qui ont fait appel à lui. “J’adore prendre le risque de marier la harpe à n’importe quel instrument, en général ça marche naturellement”, confie le garçon.

C’est au festival de Monte-Carlo que Maret et Castañeda se sont rencontrés, tous deux invités sur un projet de Marcus Miller. Par la suite, Edmar a invité l’harmoniciste à rejoindre son quartet pour une tournée en Colombie. Les liens se sont resserrés entre les deux amoureux de la montagne et ils ont eu envie de donner une série de concerts en duo. L’album est le prolongement naturel de cette très forte complicité.