Jazz Bonus : Dwiki Dharmawan - Rumah Batu

Le jazz indonésien de Dwiki Dharmawan dans « Rumah Batu » qui paraît chez MoonJune Records.

Jazz Bonus : Dwiki Dharmawan - Rumah Batu
Dwiki Dharmawan, © Getty / Yuli Seperi

Dwiki Dharmawan est l’une des personnalités les plus marquantes d’Indonésie : un claviériste multigenre, compositeur, producteur, militant pacifiste et icône culturelle. Avec une carrière s’étendant sur 30 ans et des concerts dans plus de 70 pays, Dwiki Dharmawan reste l’un des piliers de la scène musicale les plus populaires et les plus respectés de son pays. 

La maison des parents de Dwiki Dharmawan était située derrière le conservatoire de musique de Bandung dans l’ouest de Java. Il venait régulièrement voir des élèves danser sur les gamelans et la musique angklung. Cette expérience de jeunesse a tracé un parcours qui a marqué le début d’un long voyage. Dwiki Dharmawan a étudié la musique classique pendant deux ans avant de se lancer dans le jazz à l'âge de 13 ans, découvrant John Coltrane, Miles Davis, Charlie Parker, Weather Report et Return To Forever. 

Les racines éthiques de Dwiki Dharmawan proviennent de l'ancien système tonal gamelan, qui est la base de la musique traditionnelle de Sunda, Bali et Java. La musique de Krakatau adapte la gamme slendro aux gammes diatoniques occidentales en fusionnant ses rythmes et mélodies uniques avec le jazz, le rock et le funk, créant ainsi une combinaison attrayante de cultures et une expérience d'écoute captivante. 

Fervent défenseur de la prochaine génération de prodiges musicaux indonésiens, Dwiki Dharmawan a créé le Farabi Music Education Centre. En tant que directeur et mentor, il contribue à promouvoir l’évolution du jazz au XXIe siècle et à former certains de ses jeunes élèves les plus prometteurs. 

Après «Pasar Klewer», album primé par DownBeat en 2016, MoonJune Records fait paraître « Rumah Batu » (“La maison de pierre” en indonésien bahasa) de Dwiki Dharmawan. Débordant de compositions aventureuses et d'arrangements ingénieux "Rumah Batu" défie presque toute catégorisation, éclipsant à la fois le jazz progressif et les autres genres musicaux. Le casting de musiciens est international, incluant l'énigmatique virtuose français, d'origine vietnamienne, Nguyên Lê à la guitare, le légendaire bassiste de flamenco fretless, l'espagnol Carles Benavent; le flûtiste indonésien Sa'at Syah et le contrebassiste new-yorkais d’origine israélienne Yaron Stavi (oui :l'album comporte deux basses!) et Asaf Sirkis (batteur suprême).