Jazz Bonus : David Sanchez - Carib

Parution de "Carib" de David Sanchez chez Ropeadope.

Jazz Bonus : David Sanchez - Carib
David Sanchez, © Ropeadope

La diaspora africaine à travers les Amériques me semble comme un grand fleuve, changeant à travers les différentes terres traversées, mais restant un immense cours d'eau. “Carib” est le prolongement de cette rivière, un courant personnel et musical que j'ai entamé lorsque je suis devenu leader pour mon premier album, “The Departure” (1994), où l'on peut clairement entendre les rythmes portoricains couler à flots. Autre bifurcation, mon album “Melaza” (2000), le lien le plus conséquent avec “Carib”, en raison de sa fluidité et de la forte influence de la tradition musicale de la bomba de Porto Rico. 

Je crois que certaines des plus grandes contributions à la musique et à la culture contemporaines sont venues de la diaspora africaine à travers les Amériques. Malheureusement, il semble y avoir trop peu de conscience de leur influence, en particulier des histoires racontées à travers la musique. J'ai donc voulu aborder cet album comme une occasion de rendre hommage à toutes les communautés d'ascendance africaine qui ont contribué à définir ma musique ainsi qu’à la beauté et aux particularités de cette culture. 

Cet enregistrement fait partie d'une nouvelle série qui commence avec les pièces originales inspirées des traditions musicales de Porto Rico et d'Haïti, puis voyage vers d'autres traditions musicales d'origine africaine à travers les Amériques. “Carib” présente la musique traditionnelle de ces deux îles, car je suis toujours étonné de voir combien leur musique se ressemble. Je me suis concentré sur le Congo-Guinee dans la musique haïtienne parce que c'est une tradition musicale partagée par de nombreuses autres cultures d'origine africaine. 

Haïti a une histoire étonnante, remplie de luttes, d'occupations étrangères, de révolutions, d'indépendances, de catastrophes nationales, d'embargos, de longues périodes d'isolement, qui ont parfois créé un vide culturel dans le pays et aussi des circonstances pour préserver le noyau de nombreuses traditions venant d'Afrique. Certaines des luttes d'Haïti me rappellent ma propre île. L'oppression des colons a également joué un rôle central dans la culture portoricaine. Et après la dévastation causée par l'ouragan María sur mon île, j'ai observé d'autres parallèles avec Haïti à la suite du tragique tremblement de terre qui s'est produit en 2010. En outre, depuis plus d'un siècle, les deux îles ont vu leur économie systématiquement paralysée. Porto Rico a toujours été une victime de l'impérialisme, et l'île a trop longtemps subi une relation économique unilatérale avec les États-Unis, dont la priorité n'a jamais été le bien-être de la population du pays. Pourtant, l'identité culturelle est très forte et omniprésente malgré toutes les luttes que le colonialisme génère habituellement et en fin de compte, c'est un véritable témoignage de la force irrépressible du peuple de Porto Rico.

Cet album est dédié à la mémoire de mon père, Dimas et surtout de ma défunte épouse Karla. Après beaucoup de recherches et d'écoute de musique haïtienne, Karla m'a encouragé et m'a aidé à faire un voyage en Haïti. Ce fut une expérience incroyable et intense, de voir le combat quotidien des gens. Elle pensait qu'il était important que j'aie ce contact direct avec la culture haïtienne. J'ai l'impression que cet enregistrement n'aurait pas été possible sans sa sagesse, sa sensibilité et son amour. Même si elle n'était pas physiquement présente quand j'étais en studio, elle était constamment présente sous de nombreuses formes différentes et c'était un élément clé dans l'ambiance de l'album. Bien que cela ait représenté trois longues années de défis et de sacrifices pour la santé de ma famille, je suis reconnaissant d'avoir trouvé la force de mener à terme un projet qui me touche profondément.
David Sanchez.