Jazz Bonus : David Neernan - Noir Lac

L’esprit de “Noir Lac” fut baptisé au printemps 2013 lors de célébrations nocturnes dans l’abbaye cistercienne de Noirlac, dans le Cher, où le maître balafoniste Lansiné Kouyaté et le vibraphoniste David Neerman étaient en résidence.

Jazz Bonus : David Neernan - Noir Lac
David Neerman, © Christian Rondet

Noir Lac”, enfin. Il était temps que cet album existe. Ce nom était devenu comme un secret de polichinelle : quelques milliers de spectateurs, ceux qui avaient pu assister à l’un de leurs rares concerts (une dizaine depuis 2015), attendaient cette sortie avec une impatience proportionnelle à l’intensité de leur souvenir. 

David Neerman se souvient : « On avait une abbaye pour nous tout seuls, la nuit. Seuls, enfin, si l'on excepte quelques familles de chauves-souris en phase de sommeil paradoxal. Les murs de la bâtisse renvoyaient les fréquences du vibraphone et du balafon comme l’écho lointain d’un chœur de spectres. Est-ce l'abbaye qui est venue habiter notre musique ou l'inverse ? L’idée a surgit. Et si ces fantômes prenaient corps ? » En rentrant à Paris, il partagea son intuition avec la chanteuse américaine Krystle Warren, et avec Catherine Simonpietri qui dirige le groupe vocal Sequenza 9.3. 

Une seconde résidence se monta grâce au directeur d’Africolor, Sébastien Lagrave, et ce nouveau collectif fut rassemblé pour la première fois à la Philharmonie 2 à Paris, en novembre 2015.  Sur la scène, le swing des percussionnistes, l’ascension des chœurs vers le ciel, et la force des émotions de Kristyle Warren déclenchèrent quelque chose d’indicible, comme l’apparition d’une beauté mystérieuse. Le public lui-même semblait enchanté et perdu, la salle hésitait entre joie et stupéfaction. Il y eu des instants suspendus, puis des manifestations de plaisir dans un brouhaha de cris exaltés et d’applaudissements. Noir Lac avait pris son envol. 

David Neerman se souvient du plaisir éprouvé en retournant à Noirlac : « On enregistrait plusieurs morceaux chaque jour en prise live. Pour monter le répertoire, le challenge a toujours été de trouver le plus petit dénominateur commun entre les différents éléments de l’ensemble, et pour moi, ce dénominateur est surtout dans la mystique de chacun, son aspect universel. J’ai fait attention à ne pas dénaturer les spécificités des uns et des autres, ne pas essayer de faire chanter le chœur classique comme des griottes par exemple… Enfin à part Lansiné que je bouscule parfois un peu, mais bon, on est devenu un peu comme un vieux couple à force de bourlinguer ensemble ! Il faut dire que la musique mandingue, les chants grégoriens, certaines pièces de Arvo Part et beaucoup de pièces de la musique minimaliste comme Steve Reich, ont tous le point en commun d’être modales. Ça crée un premier lien. On a joué aussi une reprise de Pink Floyd parce que les accords évoluent largement sur une basse continue, donc assez facile à adapter pour Kouyaté. Idem pour Friends de Led Zeppelin. Mais le répertoire est surtout constitué de textes et de compositions originales que j’ai écrits en pensant à l’ensemble. Les arrangements vocaux finaux ont été confié à Manuel Peskine, un spécialiste du genre. » 

Un album de huit pistes sort chez Klarthe. Ceux qui étaient présents à la Philharmonie ou aux premiers concerts de “Noir Lac” découvriront peut-être ce disque avec un enthousiasme mêlé d’appréhension, comme lorsque l’on ouvre un cadeau trop longtemps désiré.  En studio parfois - même quand le studio est une abbaye - la magie du live s’évapore tristement. Mais il arrive aussi qu’un enregistrement saisisse et transmette les émotions avec une telle justesse qu’il ouvre instantanément les chakras des auditeurs. Comme Krystle Warren lorsqu’elle s’accroupit au bord de la rivière : « All alone by the river / And the earth seems to whisper to me / The doors have opened / Your spirit has been freed ». 

David Neerman (vibraphone, compositions)
Krystle Warren (voix)
Balafon Lansiné Kouyat (balafon)
Ensemble vocal Sequenza 9.3 avec
Armelle Humbert, Céline Boucard (soprano)
Sophie Poulain et Clothilde Cantau (alto)
Steve Zheng et Safir Behloul (ténor)
Laurent Bourdeaux et Xavier Margueritat (basse)
Catherine Simonpietri (direction)
Manuel Peskine (arrangements voix)

David Neerman est multi-instrumentiste, compositeur et arrangeur. Il a commencé à jouer de la flûte traversière à 7 ans et de la batterie à 15 ans. Il a ensuite suivi des études au conservatoire de Genève (percussions classiques) et à Nanterre (piano et composition). Kouyaté-Neerman, son duo avec le maître malien du balafon, Lansiné Kouyaté, a connu le succès auprès du public et de la presse avec deux albums publiés chez No Format-Universal Jazz (“Kangaba” 2009 et “Skyscrapers & Deities” 2011) et de nombreuses tournées internationales. Que ce soit au vibraphone, au piano ou aux percussions, il a joué sur disque et sur scène avec Seun Kuti, Ballake Sissoko, Youn Sun Nah, Krystle Warren, Babx… Collaborateur régulier de Jeanne Balibar pour qui il a composé et produit l’album ‘Balibazar’ (sortie prévue 2020), il a également composé la B.O de son premier film en tant que réalisatrice, Merveilles à Montfermeil et assuré la direction musicale du film ‘Barbara’ de Mathieu Amalric avec Balibar dans le rôle titre. Il a également composé pour le théâtre, la télévision (‘Le Cercle des Petits Philosophes’ de Cécile Denjean, ‘La Petite Graine’ de Laure Granjon, Trésors Volés’ France 2, ‘360°’ France 5) et la radio (‘Crackopolis’ de Jeanne Robet, Arte Radio). 

Krystle Warren 

Résolument intime et fédératrice, l’empreinte artistique de Krystle Warren frappe par sa modernité. Sa voix particulièrement chaude et rocailleuse, son flow d’instinct soul en fait un phénomène scénique. Très vite, elle réussi à transcender tous les styles musicaux pour se créer un univers bien personnel. Krystle Warren est un hybride culturel qui a cotoyé un peu de culture grunge (Smashing Pumpkins et Soundgarden), ingéré spontanément le monumental poids du jazz (Nina Simone, Betty Carter, Mel Tormé...) et baigné dans les affres de la pop (The Kinks, the Who, The Faces) et de la country (Joni Mitchell, Willie Nelson). 

Lansiné Kouyaté

Virtuose du balafon originaire de la région de Kangaba au Mali, enfant de la balle (fils de l’immense chanteuse Siramory Diabaté, que son mari accompagnait au balafon), musicien précoce et prodige, qui a fait ses classes dans l’Orchestre National du Mali avant d’accompagner des stars des musiques du monde (Salif Keita, Mory Kanté, Omar Sosa, Cheick Tidiane Seck...). 

L’ensemble Sequenza 9.3

Crée en 1998 par Catherine Simonpietri, Sequenza 9.3 est reconnu pour la virtuosité de ses performances, son sens de l’exigence et son goût du risque. Les chanteurs sont des solistes professionnels qui ont tous choisi de servir et de partager avec passion un large panorama de l’art vocal polyphonique d’aujourd’hui. La qualité vocale et la dimension artistique de chacun d’entre eux, le travail de précision qu’ils mènent sous la baguette de Catherine Simonpietri ont contribué à donner aux interprétations de Sequenza 9.3 relief et finesse. Sequenza 9.3 a choisi d’orienter son parcours artistique autour de la redécouverte du répertoire vocal du XXème siècle, du dialogue et de la création avec les compositeurs d’aujourd’hui, de l’exploration de l’écriture vocale des organistes mais aussi de la rencontre et du partage avec d’autres expressions du spectacle vivant (danse, cinéma, jazz, rock, cirque). Le travail que Sequenza 9.3 a entrepris avec des compositeurs depuis plusieurs années lui permet de comprendre leur langage et de s’approprier leur esthétique. Sequenza 9.3 s’est produit notamment au Festival de La Chaise-Dieu, au Festival de Pâques d’Aix-en-Provence, aux Flâneries Musicales de Reims, au Festival de Besançon, au Festival de Saint-Denis...
(extrait du communiqué de presse)