Jazz Bonus : David Murray - Blues for Memo

Parution de « Blues For Memo » de David Murray chez Motéma.

Jazz Bonus : David Murray - Blues for Memo
David Murray Infinity Quartet ft Saul Williams, © Valérie Malot

L’incontournable David Murray et l’iconique poète / acteur Saul Williams se rassemblent pour dévoiler un discours politique commun puissant sur “Blues for Memo”, leur nouvel album qui paraît le 16 février chez Motéma Music. Un projet en triple hommage : au manager turc Mehmet “Memo” Uluğ, au compositeur d’avant-garde Butch Morris et au poète Amiri Baraka, tous trois proches du duo et décédés ces dernières années.

La scène se déroule en 2014. Aux funérailles d’Amiri Baraka, Saul Williams choisit de réciter un poème implorant l’auteur et critique social de “sortir de son cercueil” et de continuer son oeuvre des décennies passées. Malheureusement, Baraka n’entendit jamais les mots de Saul Williams mais ceux-ci atteignirent le coeur et les oreilles de l’un de ses plus proches collaborateurs : le saxophoniste David Murray.

La lecture passionnée de Williams fit une telle impression sur Murray que, le lendemain, tous deux convinrent au téléphone d’entamer un nouveau projet ensemble. Selon David Murray : “Saul était l’un des orateurs les plus enflammés, lors des funérailles. Ses propos furent réellement violents ; mais Baraka l’était lui aussi, parfois.

Saul Williams choisit d’envoyer plusieurs de ses écrits à David Murray, pour la plupart des pièces qui devaient être publiées sous peu dans son ouvrage cinglant de 2015, “US(a.)”. Un recueil qui aborde avec véhémence les questions de race, de classe sociale, de genre, les problématiques économiques et culturelles dans l’Amérique d’aujourd’hui. Ces propos trouvèrent écho dans la réponse vigoureuse et enlevée du saxophoniste, un échange qui donna naissance à “Blues for Memo”.

Enregistré à Istanbul après trois semaines d’une tournée européenne organisée par le producteur turc Ahmet Uluğ, l’album met en scène le groupe quatre étoiles de Murray - le pianiste Orrin Evans, le bassiste Jaribu Shahid et le batteur Nasheet Waits - interprétant des versions éprouvées en concert de ces toutes nouvelles compositions. Le tromboniste Craig Harris, le clavier Jason Moran, le guitariste (et fils de David) Mingus Murray, le joueur de kanun Aytac Dogan et le chanteur Pervis Evans complètent avec brio ce casting de haut vol.