Jazz Bonus : Building Instrument - Mangelen Min

“Mangelen Min” de Building Instrument qui paraît chez Hubro, est une série continuellement déroutante d’arrangements subtils et finement nuancés aux variations incessantes.

Jazz Bonus : Building Instrument - Mangelen Min
Building Instrument, © Klara Sofie Ludvigsen

Il est rare que des musiciens à la pointe de la pratique expérimentale travaillant essentiellement avec l’improvisation soient également en phase avec le style et le goût contemporain. Surtout quand leur travail qui va bien au-delà de la démarche “populaire” ou “savante” pour résonner  simultanément  aux  deux  niveaux  de cette  opposition.  C’est  exactement  le  cas  de  Building  Instrument,  trio  norvégien  basé  à Bergen et composé de Mari Kvien Brunvoll (voix, samples, percussions, kazoo...), Øyvind Hegg-Lunde (batterie, percussions) et Åsmund Weltzien (synthétiseur, électronique, mélodica).  

Sur ce nouvel album “Mangelen Min” qui paraît chez Hubro (qui fait suite au premier opus  éponyme de 2014 et à “Kem Son Kan å Leve” de 2016), ils mélangent des échos électroniques du baroque classique, des parties de batterie quasi  mélodieuses,  des chants fragiles mais puissants, des références à la musique balkanique et des sons de synthé graves et planants qu’on pourrait trouver sur la bande originale d’un  film du réalisateur danois Nicolas Winding Refn. Le résultat est une série continuellement déroutante d’arrangements subtils et finement nuancés aux variations incessantes. Également habitée par un énorme sens du groove “Mangelen Min” est une oeuvre également dansante.

Mari  Kvien  Brunvoll (voix,  électronique,  cithare  &  omnichord)
Øyvind  Hegg-Lunde (batterie & percussions)
Åsmund Weltzien (synthés & électronique)