Jazz Bonus : Bossa Nova - L’âme bohême du Brésil

Le football fait le larron : la compilation « Bossa Nova » vient de paraître chez Verve/Universal.

Jazz Bonus : Bossa Nova - L’âme bohême du Brésil
Photo - plage brésilienne

« Bossa Nova » est une compilation qui réunit de grandes voix de la musique brésilienne sur un double album. De Joao Gilberto à Antonio Carlos Jobim, de Stan Getz à Caetano Veloso, en passant par Astrud Gilberto ou Chico Buarque...

Bossa nova, nouvelle vague. Une onde qui va inonder le monde à partir de 1958. Tout est parti des doux rivages de Rio, d’une poignée de mélodies éternelles qui racontent la mélancolie universelle. Sentiments bientôt partagés par le monde entier, un diapason intitulé « saudade ». Bossa nova, jolie brune et belle blonde, Brésilienne de toutes les couleurs qui balance ses hanches entre deux plages, Copacabana et Ipanema. Bossa nova, fille métisse de la samba, qui eut pour pères une sainte trinité : le compositeur et pianiste Antonio Carlos Jobim, le chanteur et guitariste Joao Gilberto, le poète et auteur Vinicius de Moraes. Un brelan d’as, les boss de la bossa.

Bossa carioca, bande-son d'une bande de copains, une génération spontanée qui a pour noms : Carlos Lyra, Roberto Menescal, Ronaldo Boscoli, Joao Donato, Marcos Valle… Bossa nova, musique à la coule, verbe à peine chanté, guitare en pointillés, piano sur un seul doigt, rythmique entre guillemets. Une caresse qui incline entre tristesse et paresse. Bossa nova, un sentiment indéfinissable, comme une espèce de blues, tel un parfum doux-amer d’un Brésil qui s’érige en pays post-moderne avec sa nouvelle capitale, Brasilia. Moment donné, instantané pour l'éternité. Les générations vont suivre, et chacun ira de son couplet : cœur vagabond de Caetano Veloso, pleur de pluie selon Jorge Ben, erreur magistrale avec Gilberto Gil, l’incertaine solitude pour Vinicius Cantuaria.

Bossa nova, respiration inspirée qui s'impose à Rio, à son pas chaloupé qui fait danser. Bossa nova, samba bohème, musique toute en sinuosités, partition désaccordée d'un piano nocturne qui déambule et fait ses gammes dans les bars de la cité balnéaire. De digression en divagation, la musique ancrée à la zone Sud de Rio va très vite débarquer au-delà, à Paris et New York. À chaque fois, la même manière de dire le monde à demi-mots, un voile dans la voix qui ne doit pas masquer le charme évident de chansons douces-amères. Bossa nova, beauté fatale. Astrud Gilberto, Brigitte Bardot, Gal Costa, Julie London, Elis Regina, et tous les autres. Serge Gainsbourg en mode percussions, Quincy Jones tout soul en grand orchestre, Stan Getz au sommet des charts nord-américains…

Sur le même thème