Jazz Bonus : Arturo O'Farrill - Dreaming in Lions

Le pianiste et compositeur Arturo O’Farrill sort son premier album chez Blue Note “...Dreaming in Lions…”, présentant deux suites en collaboration avec la Malpaso Dance Company, et interprété par les dix musiciens de son ensemble.

Jazz Bonus : Arturo O'Farrill - Dreaming in Lions
Arturo O'Farrill, © Jen Rosenstein

Le compositeur, leader et pianiste Arturo O’Farrill, récompensé 7 fois aux Grammy Awards, vient de réaliser ce qu’il considérait comme le rêve d’une vie, en signant avec Blue Note Records et préparant la sortie de son premier album sur le label avec “…dreaming in lions….” L’album est l’occasion pour Arturo O’Farrill de mener une formation colorée de 10 musiciens de jazz afro-latino et proposer un set haut en couleurs avec deux suites composées de multiples mouvements et concoctées en collaboration avec la compagnie cubaine Malpaso Dance: “Despedida”,  une méditation sur les adieux et “Dreaming in Lions”, inspirée du roman d’Ernest Hemingway, Le Vieil Homme et la Mer. Despedida: Del Mar, qui ouvre l’album, est déjà disponible en téléchargement et streaming. Pour fêter la sortie de “…dreaming in lions…” Arturo O’Farrill se produira lors d’une résidence au légendaire club new-yorkais Birdland du 7 au 11 septembre prochain.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Blue Note a accueilli les plus grands artistes avec lesquels j’ai grandi”, précise Arturo O’Farrill. “C’est impossible de prévoir un moment comme celui-là. C’est incroyable, à mes yeux cela dépasse la simple sphère musicale et représente une formidable opportunité de pouvoir rencontrer le public de Blue Note via les nombreuses façons dont j’exprime mes convictions à travers mon art. Et je suis conscient que Blue Note a toujours été un label engagé, et continuera de l’être en défendant un art animé par une conscience sociale. C’est ce que j’ai toujours cherché à faire au cours de ma carrière.”

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Pour Arturo O’Farrill, les suites permettent d’avoir cette liberté et ce champ créatif nécessaires pour développer des histoires, tisser des idées cinématographiques avec une palette et une intention d’une richesse propre à le combler en tant que compositeur. Comme son père, le légendaire Chico O’Farrill, il ne cesse de dépasser les frontières esthétiques, cherchant à se sublimer dans une quête de l’expression pure et sincère. Des valeurs qu’il transmet à son tour à ses enfants, le trompettiste Adam O’Farrill et le batteur Zack O’Farrill, qui figurent tous deux sur “…dreaming in lions…”. Ils sont rejoints par les multi-percussionnistes Vince Cherico, Carlos “Carly” Maldonado et Victor Pablo Garcia Gaetan, le bassiste Bam Rodriguez, le tromboniste et euphoniste Rafi Malkiel, le flûtiste/saxophoniste Alejandro Aviles ainsi que le guitariste Travis Reuter.

Despedida, en cinq mouvements, a été écrite pour des prestations données par Arturo O’Farrill et la compagnie Malpaso aux quatre coins du monde. “Nous jouions sur scène avec les danseurs, ou juste à leurs côtés, mais toujours en temps réel” confie le pianiste. “_Cette pièce parle d’adieux et j’avais eu l’occasion d’en faire plusieurs à cette époque de ma vie, donc c’était assez émouvant. Ma mère était très malade, mes amis nous quittaient et j’étais en train de changer d’institutions. Il y a quelque chose d’assez noble dans l’art de savoir dire au revoir et faire ses adieux - et non juste dire “à plus tard”. Il s’agit d’accepter cette idée de despedida (séparation, de tracer son propre chemin) en sachant qu’il y a une finalité à la vie_”. 

Né à Mexico et élevé à New York, Arturo O’Farrill reste plus que jamais engagé pour la cause cubaine à travers ses arts et sa culture, les éclairant toujours avec sa touche hybride, à l’image de son père, Chico O’Farrill, né à La Havane, d’un père irlandais et d’une mère allemande. Avec “…dreaming in lions…” Arturo O’Farrill ajoute une nouvelle pièce à une collection bien garnie incluant “The Offense of the Drum” (avec Vijay Iyer, Edmar Castaneda et autres invités) ; “Cuba: The Conversation Continues” (avec Rudresh Mahanthappa, DJ Logic…) ; “Familia: Tribute to Bebo and Chico” (avec Chucho Valdés, le Third Generations Ensemble & Anoushka Shankar) ; “Fandango at the Wall: A Soundtrack for the United States, Mexico and Beyond” (avec Regina Carter, Antonio Sanchez et bien d’autres); et “Four “ (avec Cornel West). 

Nourrie par sa parfaite connaissance du langage et de la riche tradition du jazz latino, sa musique semble s’épanouir au-delà des catégories des genres, cherchant constamment à s’enrichir d’une approche globale, informée par la vision pédagogique d’Arturo O’Farrill, nouvellement nommé professeur d’études globales du jazz (et assistant doyen pour l’Équité, la Diversité et l’Inclusion) à la Herb Alpert School of Music d’UCLA. Il est l’un des plus éminents interprètes du jazz latino d’aujourd’hui et un des compositeurs les plus respectés dans les ensembles de jazz toutes catégories.
(extrait du communiqué de presse)