Jazz Bonus : Anna Gréta - Nightjar in the Northern Sky

Mis à jour le jeudi 28 octobre 2021 à 13h52

Un engoulevent qui vole dans le ciel du Nord. Une image iconique, aussi rare que familière, qui installe instantanément un décor, une atmosphère, un état d'esprit. C’est l’inspiration qu’a choisi Anna Gréta pour ses débuts chez ACT.

Jazz Bonus : Anna Gréta - Nightjar in the Northern Sky
Anna Gréta, © Birna Ketilsdóttir Schram

L'album “Nightjar in the Northern Sky” de la pianiste et chanteuse Anna Gréta s’appuie un tel décor, évoque de vastes espaces, une lumière nordique diffuse et un registre intime. Sa musique est façonnée par ces sons nordiques familiers mais surréalistes, que son Islande natale lui a inculqués depuis sa naissance. Elle a grandi près de la capitale Reykjavík et son père (qui participe également à l'album) est un saxophoniste de jazz. La première influence formatrice dont Anna Gréta se souvient est Let It Be des Beatles : "Cette chanson, sa simplicité et sa puissance, et l'harmonie entre la voix et le piano, me touchent encore aujourd'hui". 

Mais le jazz a également été un compagnon constant tout au long de sa jeunesse - parmi beaucoup d'autres, la musique de Bill Evans lui a ouvert tout un monde musical. En effet, son talent pour le piano s'est révélé très tôt, tout comme son affinité avec le jazz ; et, toute jeune, elle a donné son premier concert de jazz régulier à Reykjavik. En 2014, Anna Gréta a finalement déménagé à Stockholm - où elle vit encore aujourd'hui - pour étudier la musique au Royal College of Music.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Anna Gréta fait rapidement parler d'elle en Suède. Elle commence à travailler avec les plus grands musiciens de jazz du pays, tels que Joakim Milder, Magnus Lindgren ou le Norrbotten Big Band, et reçoit de nombreux prix, dont la "Bourse Monica Zetterlund", une nomination pour "Jazzkatten" de la radio publique suédoise, le Prix de la musique islandaise en tant que "Nouveau talent de l'année" et le "Prix de la société Jazzclub Fasching". Elle a fait des apparitions remarquées sur scène, notamment lors de la remise du prix Nobel en 2020 et d'un concert au Stockholm Concert Hall. En 2019 elle a publié “Brighter”, son premier album en tant que co-leader avec le guitariste suédois Max Schultz. 

Elle s'est déjà fait un nom en tant que pianiste. Mais son affinité pour l'expression vocale l'appelait à autre chose : " J'ai toujours eu le plus grand respect pour les chanteuses-instrumentistes, comme la merveilleuse Norah Jones. Mais en même temps, je ne voulais pas me laisser enfermer dans ce stéréotype selon lequel une femme dans un groupe de jazz devait automatiquement être la chanteuse. Il était donc important pour moi de plonger plus profondément dans le piano pour me développer en tant que musicienne det leader, jusqu'à ce que je puisse enfin introduire ma propre voix quand cela me semblait juste, plutôt que de répondre à une quelconque attente. " 

Finalement, sur une période de deux ans, et en partie influencées par l'isolement de la pandémie mondiale, les douze compositions de “Nightjar in the Northern Sky” ont émergé - avec Anna Gréta désormais à la fois pianiste et vocaliste. Avec le producteur chevronné Albert Finnbogason, elle a choisi la formation et le son parfaits pour chacune de ses compositions raffinées. 

Le titre de l'enregistrement donne le ton de l'émotion créée par les chansons d'Anna Gréta - une métaphore des étendues scandinaves, de la tranquillité et du lien étroit avec la nature. Comme elle le dit, "la nature est tellement plus vaste que la plupart des autres choses qui nous semblent si importantes. Et elle est, dans ses infinies facettes, la plus grande source d'inspiration pour ma musique. Récemment, j'ai été initié à l'observation des oiseaux, ce à quoi je fais allusion dans la chanson titre. Un endroit où le bruit se tait et où l'on peut se sentir et s'entendre à nouveau. Lorsque vous observez attentivement la nature, vous pouvez vivre une expérience unique, un peu comme si vous cherchiez l'amour. L'engoulevent est un oiseau que l'on voit rarement voler dans le ciel en Suède et que l'on a vu moins de cinq fois en Islande. J'ai l'impression que chacun cherche quelque chose d'unique dans sa vie ; et la nature peut offrir cela à ceux qui y sont ouverts". Et ainsi, avec chacun des titres de cet album, elle crée des mondes autonomes qui font partie d'une image plus grande, légère, détendue, réduite, concentrée. Une expérience remarquablement immersive.
(extrait du communiqué de presse en anglais - traduction E. Lacaze / A. Dutilh)

Anna Gréta (piano, claviers, voix, choeurs)
Skúli Sverrisson (basse sur 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 9, 10, 11, 12)
Einar Scheving (batterie sur) 1, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 12)
Hilmar Jensson (guitare sur 2, 6, 7, 10, 12)
Sigurður Flosason (saxophone sur 3 and 4)
Magnús Trygvason Eliassen (batterie sur 2 and 3)
Johan Tengholm (contrebasse sur 8)
Ragnheiður Gröndal (choeurs sur 11)