Jazz au Trésor : West Coast Vocalists, 1953-61

La séquence des perles et des inédits ressortis de l’oubli. Cette semaine, le coffret de 3 CD consacré aux vocalistes de la West Coast (1953-61) qui vient de sortir chez Frémeaux

Jazz au Trésor : West Coast Vocalists, 1953-61
West Coast Vocalists

Des années d’or du jazz sur la West Coast, que l’on a parfois assimilé au jazz cool (même si celui-ci débordait largement vers la Cote Est), l’on connait surtout les instrumentistes et leur sens de l’expérimentation, l’exploration de nouvelles textures, un autre rapport au rythme… Les vocalistes ont été rarement mis en lumière dans ce mouvement. C’est tout le mérite d’Alain Tercinet d’avoir concocté ce florilège, « West Coast Vocalists, Une révolution en douceur ». Il cite Will Friedwald, l’un des premiers à prendre en considération ces vocalistes dans son ouvrage « Jazz Singing – America’s Great Voices From Bessie Smith to Bebop and Beyond » (ed. Charles Scribner’s Sons, 1990).

« Les vocalistes cool choisissent de suggérer plutôt que d’affirmer. Ils traitent une chanson à la façon d’un peintre impressioniste qui use ici d’une touche de brosse, là d’un aplat de couleur pour servir son sujet, laissant ainsi à l’auditeur le soin de fondre mentalement l’ensemble. Ceux qui les écoutent ne peuvent rester passifs, il leur faut faire un effort pour comprendre leur approche. » Et le musicologue américain d’ajouter : _« Formellement, le chant relevant du style cool n’atteindra sa maturité qu’au milieu des années 1950, au moment où son équivalent instrumental perdait de sa popularité, auprès du public et de la critique, en faveur du hard bop. En 1954, le trompettiste Chet Baker enregistrait son premier recueil de vocaux, l’année suivante Capitol publiait le premier et le plus bel album de June Christy « Something Cool »… »_Et de conclure : « Chaque fois qu’une chanteuse ou un chanteur se fait accompagner par un octette ou un nonette, qu’il réharmonise ou restructure une chanson pour bousculer les 32 mesures ou qu’il trouve une nouvelle façon de mêler la voix humaine aux instruments, le style cool est présent. » On croise ainsi pour donner la réplique aux vocalistes les trompettistes Don Fagerquist ou Jack Sheldon, les saxophonistes et flûtistes Bud Shank ou Ted Nash, les pianistes Jimmy Rowles ou Russ Freeman, les guitariste Barney Kessel ou Sal Salvador, le violoncelliste Fred Katz, les bassiste Red Mitchell ou Joe Mondragon, les batteurs Shelly Manne ou Mel Lewis… Quant aux vocalistes, à côté de June Christy, Chris Connor ou Peggy Lee, on découvre les plus rares Lucy Ann Polk, Patti Page, Jo Stafford ou le songwriter Hoagy Carmichael dans le rôle d’un crooner.

À ÉCOUTER

OPEN JAZZ - June Christy : Something Cool

À ÉCOUTER

OPEN JAZZ - Jazz au Trésor

À ÉCOUTER

OPEN JAZZ - Jo Stafford : Imagination