Jazz au Trésor : Tony Fruscella

L'unique album du trompettiste culte Tony Fruscella, enregistré en 1955

Jazz au Trésor : Tony Fruscella
Tony Fruscella ©DR

Le Jazz au Trésor de la semaine du 20 au 24 janvier était consacré au sublime vocalese réalisé par le chanteur et contrebassiste Red Mitchell sur le I'll Be Seing You de Tony Fruscella dont il reprenanit le chorus, note pour note, avec des mots de son invention. Chose promise, chose due, voici l'original…

La carrière de Tony Fruscella fut fulgurante. S'il est décédé en 1969 à l'âge de 42 ans, d'une cirrhose du foie, sa discographie s'est achevée en 1955 (il avait 28 ans) par un unique chef d'œuvre. Les problèmes de drogue puis d'alcool écourtèrent les promesses d'un talent résolument original. On connait quelques enregistrements en club et des séances isolées en studio, entre 1948 et 55, publiés dans un coffret de 4 CD par Jazz Factory. Toute la discographie du trompettiste tient là. Un seul album complet, celui-ci, produit par Ahmet Ertegun pour Atlantic, avec son nom comme titre, « Tony Fruscella », l'année même où il fit partie du groupe de Stan Getz avant de disparaitre des radars.

Sur le plan de la sonorité son spleen naturel préfigure toute la génération des trompettistes du jazz cool, influencé à la fois par le classique de la swing era Joe Thomas et par le jeune Miles Davis. Un étincelant musicien de l'ombre mettant sa fragilité en scène. Le seul vrai précurseur de Chet Baker…

« Tony Fruscella » :
Tony Fruscella (trompette)
Allen Eager (sax ténor)
Bill Triglia (piano)
Bill Anthony (contrebasse)
Will Bradley, Jr. (batterie)
Phil Sunkel (arrangements)
Enregistré à New York, 1er avril 1955

Pour Salt et Muy :
idem, plus
Chauncey Welsch (trombone)
Danny Bank (sax baryton)
enregistré à New York, 29 mars 1955